Un pionnier de Châteauguay désigné personnage historique

Par Katherine Harvey-Pinard
Un pionnier de Châteauguay désigné personnage historique
Charles Le Moyne a acquis et mis en valeur des terres sur la rive sud de Montréal, dont la seigneurie de Châteauguay en 1673. (Photo : Le Soleil de Châteauguay - Archives)

Les illustres personnages de la Nouvelle-France Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay ainsi que sa femme Catherine Thierry dit Primot ont été désignés comme personnages historiques par la ministre de la Culture et des Communications (MCC) Nathalie Roy, le 18 mars, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Le gouvernement reconnaît ainsi leur contribution à l’histoire de la Montérégie et du Québec.

Selon le répertoire du patrimoine culturel du Québec, Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay était l’un des principaux marchands de Montréal, en plus d’être soldat, interprète pour les autorités coloniales et seigneur. Il a acquis et mis en valeur des terres sur la rive sud de Montréal, soit les seigneuries de Longueuil en 1657, de Châteauguay en 1673 et de l’Île-Perrot en 1684.

Le moulin de l’île Saint-Bernard.

Son épouse, Catherine Thierry dit Primot, faisait pour sa part partie des personnalités en vue de la société coloniale du XVIIe siècle. Elle a donné naissance à deux filles et douze fils et a été anoblie en 1668, en même temps que son époux, ses enfants et sa postérité. À la suite du décès de Charles Le Moyne en 1685, elle a contribué à la mise en valeur des possessions seigneuriales de la famille en faisant notamment construire un moulin sur l’île Saint-Bernard à Châteauguay.

En plus d’avoir contribué à la fondation de Longueuil et au développement de ces trois seigneuries, ces deux personnages ont «participé à l’établissement de ce que notre société est devenue et dont nous sommes extrêmement fiers!» lance la ministre Roy par voie de communiqué.

Des traces de Charles Le Moyne sur l’île Saint-Bernard

Des recherches archéologiques effectuées entre 2013 et 2018, sur l’île Saint-Bernard, par des étudiants de l’École de fouille de l’Université de Montréal ont d’ailleurs permis de découvrir des fondations de bâtiments qui datent de l’époque de Charles Le Moyne. Ces fondations ont été trouvées juste à côté du Manoir en pierre qui appartenait jadis aux Soeurs Grises. Les recherches de l’équipe d’Adrian Burke associent ces fondations au premier établissement de LeMoyne et Robutel à la fin du 17e siècle et au début du 18e siècle.

«Ces fondations sont soit associées au premier manoir ou à des dépendances comme un étable décrit dans les documents, explique M. Burke.  Comme nous avons ouvert des espaces petits (des fenêtres qui ont seulement intercepté des parties des fondations), ce n’est pas possible pour nous de dire de quel bâtiment il s’agit.  Par contre, sur la base du style de la construction de ces fondations en pierre et les artefacts associés nous savons que les bâtiments de LeMoyne sont dans ce secteur, et en partie préservés. » Il souligne d’ailleurs que la fondation du manoir est été découverte, juste à côté de la plaque commémorative de Charles LeMoyne érigée sur une pierre. «Une belle coïncidence», mentionne l’archéologue.

Des étudiants de l’école de fouille archéologique de l’Université de Montréal ont découvert une partie de fondation d’un mur en 2016.

À lire aussi : 5 années de fouilles étonnantes à l’île Saint-Bernard

Longueuil réagit

La mairesse de Longueuil Sylvie Parent soutient que la Ville s’est appliquée à faire connaitre les deux pionniers aux cours des dernières années, notamment en faisant revivre Charles Le Moyne lors des célébrations du 350e de la Ville et en renommant un parc de la rue Saint-Charles en l’honneur de Catherine Primot en 2018.

Elle mentionne également leur présence dans le circuit historique disponible sur l’application Explorez Longueuil.

«Nous sommes heureux de l’hommage qui leur est rendu aujourd’hui et la Ville s’engage à faire perdurer leur mémoire et leur contribution», laisse entendre Mme Parent.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Sandra Luce
Sandra Luce
15 jours

I would like to comment on this article pertaining to Charles Le Moyne. A little known fact about Charles Le Moyne is that he stole First Nation Children to become slaves and he also owned as his personal property negro slaves. His brother had also 10 enslaved people as listed in his property of wealth. Although history is wonderful to research and to acknowledge the good of people… there are darker sides as well. Albeit in 1655 both he and his brother finally denounced slavery and set their slaves free. I do enjoy history and the findings of the archaeological research in our own city but do not feel proud that this man made a name for himself while human beings were kept captive under him and his family.