Un site internet qui renseigne sur la violence conjugale et sexuelle

Par Valérie Gagnon
Un site internet qui renseigne sur la violence conjugale et sexuelle
Marie-Josée Lamarre, organisatrice communautaire pour le Réseau des partenaires contre la violence faite aux femmes Jardins-Roussillon, Maude Laberge, mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Nathalie Langevin, agente sociocommunautaire du Service de police de la Ville de Châteauguay. (Photo : Valérie Gagnon)

Le Réseau des partenaires contre la violence faite aux femmes Jardins-Roussillon a lancé son nouveau site internet afin de démystifier la violence conjugale et sexuelle pour ainsi aider les victimes.

Près de 18 organismes ont allié leur force pour faciliter l’initiative populaire. Le dévoilement s’est déroulé le mardi 28 mai à la salle communautaire de Sainte-Martine. La municipalité s’est déclarée alliée contre la violence conjugale à la suite d’une campagne de sensibilisation par le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.

« Parmi toutes les violences invisibles que notre société continue de générer et de perpétuer à l’égard des femmes, la violence conjugale demeure un phénomène très présent. Ce problème peut toucher n’importe qui. C’est pourquoi il est important de poursuivre la lutte », mentionne Karine Morel, coordonnatrice à la Maison d’aide et d’hébergement La Re-Source, située à Châteauguay.

Le site internet contreviolenceauxfemmes.org compatible avec la téléphonie mobile comprend plusieurs sections donnant accès à de l’information sur la problématique, à des liens utiles et une liste de services offerts au niveau local. Un onglet permet également de quitter rapidement le site et la fonction d’effacer les traces est aussi expliqué, fait part Marie-Josée Lamarre, organisatrice communautaire pour le Réseau des partenaires contre la violence faite aux femmes Jardins-Roussillon. Cette ressource concerne la population des MRC de Roussillon, Des-Jardins-de-Napierville et une partie de Beauharnois-Salaberry en touchant à Sainte-Martine et Saint-Urbain-Premier.

Des statistiques inquiétantes

En 2015, selon le ministère de la Sécurité publique, 19 406 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal ont été répertoriées. Près de 80 % de ces victimes sont des femmes. L’ensemble des corps policiers du Québec enregistre 5 806 infractions sexuelles, une augmentation de 10, 4 % par rapport à 2014.

Les organismes alliés à la cause

-AVIF (Action sur la violence et intervention familiale)

-CALACS Châteauguay

-CAVAC de la Montérégie, point de service Police de Châteauguay

-Centre de crise – La maison sous les arbres

-Centre de femme L’Éclaircie

-Centre de femmes La Marg’elle

-Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest, RLS Jardins-Roussillon / CLSC Châteauguay – CLSC Châteauguay – CLSC Kateri – CLSC Jardin-du-Québec

-Directeur des poursuites criminelles et pénales de Salaberry-de-Valleyfield

-Direction des services professionnels correctionnels (DSPC) de la Montérégie Sud-Ouest

-ESPACE Châteauguay

-Maison d’aide et d’hébergement La Re-Source

-Maison d’hébergement et de transition L’Égide

-Quartier des Femmes – Centre des femmes

-Régie intermunicipale de police Roussillon

-Services correctionnels Canada

-Service de police de Châteauguay

-Service de police de Ville de Mercier

-Sûreté du Québec MRC Beauharnois-Salaberry

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Stéphanie Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Stéphanie
Guest
Stéphanie

C’est juste triste car même si plein de beaux organismes sont mis en place pour aider ces femmes…
La Justice ne fais rien ou très peu.
Il y a quelque années, j’ai eu plusieurs blessures suite a des coups que j’ai reçu en voulant arrêter un homme qui frappait sur sa copine.
Un traumatisme crânien et plusieurs ecchymoses pluatard… Il n’a eu qu’une simple amende de 500$.
La Justice DOIT CHANGER! Les sentences doivent être plus élevées pour ces hommes.