Une capsule temporelle à déterrer le siècle prochain

Par Valérie Gagnon
Une capsule temporelle à déterrer le siècle prochain
Mylène Loiseau

Dans 100 ans, les Léryverains pourront comparer l’évolution de leur époque à la nôtre puisqu’une capsule temporelle contenant plusieurs artefacts d’aujourd’hui y seront à découvrir en 2114.

Une pelle mécanique attendait le signal du maire Walter Letham de Léry pour commencer à excaver derrière la pierre monumentale. La capsule temporelle de Léry a été enfouie sous terre le 15 mai pour commémorer les 100 ans de la municipalité. L’idée aurait surgi lors d’une assemblée publique, alors que le citoyen Louis Rufiange avait lancé l’idée.

 Des journaux datés de 2014, des magazines, des brochures municipales seront conservés et scellés dans une boîte en acier inoxydable de l’entreprise Heritage Time Capsule, conceptrice de contenants spécialement créés pour des capsules temporelles. De dimension moyenne et d’une valeur approximative de 1080 $, des souvenirs intarissables y sont entreposés.

L’empreinte génétique de certains végétaux indigènes, l’asclepias syriaca (herbacée vivace aussi appelée Herbe aux perruches), symphyotrichum (ressemble à une marguerite aux pétales mauves) et solidago (de la gerbe d’or) est conservée dans un cylindre qui a aussi été mis en terre. Des graines d’asclépiades, plante préférée du papillon Monarque, ont été prélevées par Danielle Delhaes et Steven Spazuk, citoyens de Léry.

Lors du lancement du recueil historique de cette municipalité, les invités ont  écrit des témoignages dans le livre pour ainsi laisser une trace de leur époque. Cette relique symbolisera, à l’ouverture de la capsule, la mémoire collective des années 1900 et 2000.

Sur la plaque commémorative, des écriteaux bilingues indiquent: Capsule du temps centenaire, Ville de Léry 2014. Doit être ouvert SEPT. 2114. Une roche provenant de la carrière Faubert, entreprise établie depuis plusieurs générations à Léry, est installée au coin du chemin du Lac et de l’Hôtel de ville en guise de monument à la boîte souvenirs.

Les archéologues des années 2100 pourront avoir une idée des réalités de notre époque à l’ouverture prescrite. Cette initiative a été rendue possible par le comité centenaire de la municipalité de Léry.

Ce qu’ils ont dit

« Je me tiens en forme, je fais 28 kilomètres de vélo tous les jours pour être en forme et être présent à l’ouverture de cette capsule dans 100 ans. À 166 ans, je devrais être là », dit à la blague Walter Letham, maire de Léry.

« Je crois que le seul qui pourra ouvrir cette capsule, c’est lui », dit Nicole Tremblay, membre du comité du centenaire en parlant du poupon de Mylène Loiseau, conseillère de la Ville de Léry.

« C’est plus d’un an de travail qui se retrouve en terre », indique Richard Descarie, membre du comité centenaire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de