Sports
Actualités

Une première Journée mondiale de prévention de la noyade

lundi le 26 juillet 2021
Modifié à 0 h 00 min le 27 juillet 2021
Par Yanick Michaud

Le 25 juillet marquait la toute première Journée mondiale de prévention de la noyade et on l’a souligné de belle manière à la plage de Saint-Zotique en Montérégie en initiant les visiteurs au sauvetage sportif. (Gracieuseté)

La toute première Journée mondiale de prévention de la noyade, samedi, est venu clôturer la 28e édition de la Semaine nationale de prévention de la noyade (SNPN).

 Du 18 au 24 juillet a eu lieu la SNPN qui avait pour thématique « La noyade est évitable ». En prônant l’adoption de comportements sécuritaires, de même qu’en diffusant les messages de prévention, tout le monde peut contribuer à favoriser les interactions sécuritaires avec l’eau et ainsi réduire le nombre de noyades au Québec.

 Chaque journée de la SNPN est dédiée à un thème différent en lien avec la prévention des noyades. Les six thèmes clés de cette année concernaient la supervision des enfants ; la sécurité nautique ; apprendre à Nager pour survivre ; restez sobre lorsque vous êtes dans l’eau, sur l’eau et près de l’eau ; la sécurité en eau vive ; et soyez Aqua Bon à longueur d’année.

Il est d’autant plus important de faire la promotion de comportements sécuritaires. Malgré qu’à la veille de la SNPN, un jeune garçon de 13 ans a perdu la vie par noyade à Montréal, la Société de sauvetage a dénombré deux noyades non-officielles, comparativement à 7 en 2020. Ce qui représente une diminution de 71 %.

Depuis sa création, la SNPN se déroule la troisième semaine de juillet, une période tristement connue pour ses nombreux cas de noyades. Ce choix, loin d’être anodin, est toujours aussi pertinent afin d’offrir au grand public, durant une période où les plans d’eau sont fortement achalandés, les moyens de contrer cette problématique.

Des ambassadeurs engagés

La Société de sauvetage a souligné l’immense implication de ses ambassadeurs qui ont diffusé les messages de préventions, organisé des activités dans leurs installations et fait la promotion de la sécurité auprès de leurs usagers. Au total 164 installations se sont inscrites à titre d’Ambassadeur de la SNPN afin de communiquer au grand public les informations qui abordent les conseils de sécurité de la Société de sauvetage, toujours dans une perspective de prévention.

C’est pourquoi, à l’occasion de la Journée mondiale de prévention de la noyade, Alexandre Bilodeau, athlète olympique et Xavier Desharnais, Champion de la Traversée internationale du Lac-Saint-Jean, ont tenu à rappeler l’importance de la sécurité en milieu naturel.

« Il est primordial que les directions d’écoles puissent reprendre le programme Nager pour survivre dès le retour en septembre, afin de faire en sorte que les enfants puissent apprendre à nager pour survivre si jamais ils se retrouvent involontairement en partie profonde d’un plan d’eau ou d’une piscine. Ce programme est une manière inclusive de réduire considérablement les risques de noyade chez les enfants d’âge primaire », dit Alexandre Bilodeau.

« Le Québec est rempli de cours d’eau avec un peu plus d’un demi-million de lacs. De penser que certaines personnes ne peuvent pas en profiter parce qu’ils n’ont jamais appris à nager m’apparaît comme inconcevable. En natation en eau libre, il est encore plus important de s’assurer d’une sécurité adéquate et puisque c’est un sport plus individuel, il en revient à apprendre à nager convenablement et de ne jamais faire une sortie seul », lance pour sa part Xavier Desharnais.

« En 2020, 73 % des noyades au Québec ont eu lieu durant la saison estivale, soit entre mai et septembre. La Semaine nationale pour la prévention de la noyade est un effort concerté à travers tout le pays dont la nécessité est toujours présente. Cette année, les risques associés à l’eau touchent autant les enfants qui n’ont pas pu suivre de cours de natation depuis 17 mois, que les propriétaires de piscines résidentielles, ou que les nouveaux amateurs d’activités nautiques. Nous ne le répéterons jamais assez, la sécurité en milieu aquatique et nautique est l’affaire de tous », conclut Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage, division du Québec.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous