Actualités

VIDÉO - Née en route vers la maison de naissance

mercredi le 15 juin 2022
Modifié à 16 h 29 min le 15 juin 2022
Par Paula Dayan-Perez

pdayan-perez@gravitemedia.com

Le bébé et la maman étant en bonne santé, elles ont pu rentrer à la maison de l’hôpital en 24 heures. (Photo : Le Soleil – Paula Dayan-Perez)

La naissance d’un enfant est un jour qui ne s’oublie jamais. Mais l’histoire de la petite Alesha Grace, née dans sa voiture au bord de l’autoroute 30 est à Châteauguay, est si spéciale qu’elle restera dans la mémoire non seulement de la famille, mais aussi des professionnels de la santé qui l’a assistée.  Surtout puisque le papa a capté le tout sur vidéo.

Le matin du 2 juin, Analyn Calabocal et Serge Kongolo Khayipangi se dirigeaient vers une maison de naissance à Montréal, comme prévu. Le trajet, selon le GPS, allait leur prendre une heure à partir de leur résidence à Saint-Louis-de-Gonzague. Mme Calabocal avait perdu ses eaux à la maison, mais elle n’avait pas de contraction lorsqu’elle a embarqué dans la voiture.

La situation a changé rapidement dans les 15 minutes qui ont suivi. «Quand nous avons pris l'autoroute et que j'ai senti sa tête, je me suis dit, je vais accoucher ici», relate Mme Calabocal. Ayant accouché ses deux premiers enfants de façon naturelle et sans épidurale, la dame savait à quoi s’attendre. «Je n'avais pas peur et je n'étais pas nerveuse. J'étais juste concentrée», confie-t-elle. Le couple s’est rangé sur le bord de l’autoroute 30 est, près de la sortie 35.

(Vidéo : Gracieuseté Serge Kongolo Khayipangi)

À ce moment, le papa était, de son côté, très nerveux.

«J'étais terrifié. Je ne savais pas quoi faire, explique-t-il. [Analyn] a dit quelque chose dans le sens de, ‘aide-moi, attrape-la !’ Elle était prête à pousser. J'étais paralysé. Elle a poussé et le bébé est sorti sur le siège. Juste comme ça. Elle a pris le bébé et l’a serré dans ses bras.»

«Nous sommes de grands croyants, continue le père. Je pense que Dieu a voulu qu'il en soit ainsi. Parce que je ne le voulais pas et j'ai l'impression d'avoir été mis dans une situation inconfortable, et j'ai dû faire face à mes peurs.»

Les professionnels de la santé remerciés

Dans la vidéo, on entend la voix de Jimmy Martel, du Groupe Alerte Santé, qui accompagne les parents en attendant l’arrivée de l’ambulance. «Est-ce que le bébé pleure ou respire?»

M. Martel a expliqué au papa comment serrer le cordon ombilical avec un lacet. «On a des lignes directrices à donner, mais c’est sûr qu’un accouchement, c’est quelque chose de stressant aussi, exprime M. Martel au Journal. Le papa a vraiment été calme. Moi, j’ai une fille, je n’aurais pas été aussi calme qu’il a été.»

Ça a pris environ 15 minutes aux paramédics pour localiser les parents. M. Khayipangi avait donné de l’information erronée, assure Isabelle Roy, cheffe d’équipe de la CETAM qui s’est déplacée sur les lieux. On peut voir la dame visiblement émue sur la vidéo. Elle a nettoyé le siège de voiture où Alesha Grace est née, un geste qui a beaucoup touché les parents. 

«Ils étaient vraiment gentils et on a vraiment senti leur amour», indique le papa.

La famille a été transportée à l’Hôpital Anna-Laberge à Châteauguay. Le bébé et la maman étant en bonne santé, elles ont pu rentrer à la maison en 24 heures. La famille a par la suite contacté la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM) pour remercier tous ceux qui les ont assistés pendant de l’accouchement.

Analyn Calabocal, Serge Kongolo Khayipangi est leurs enfants, Aliyah Faith, Nazareth Caleb Kongolo et Alesha Hephzibah Grace Khayipangi. (Photo : Le Soleil – Paula Dayan-Perez)

Des précieux moments captés

Pour sa part, l’ambulancière affirme que cette journée restera pour toujours dans son esprit.

«[Souvent] on fait affaire avec la misère humaine, explique Mme Roy. Un accouchement c’est le plus bel appel qu’un paramédic peut avoir dans sa carrière. C’est un événement joyeux. Donc ça va rester gravé à jamais dans ma mémoire. En plus j’ai la vidéo. Ça aussi ça n’arrive pas souvent.» 

M. Khayipangi a l’habitude d’enregistrer des moments banals comme spectaculaires de la vie familiale. Il aime partager de belles tranches de vie dans un monde «où il y a beaucoup de négativité».

Même si sa conjointe a dû s’habituer à être filmée en tout moment, elle assure maintenant l’apprécier. «Je peux avoir cette vidéo, indique-t-elle. C'est une vidéo magnifique.»

Dernières nouvelles