VIDÉOS – Deux familles s’unissent pour reconstruire une cabane à sucre décimée par un feu

Par Vicky Girard
VIDÉOS – Deux familles s’unissent pour reconstruire une cabane à sucre décimée par un feu
Les familles Létourneau et Boudreault n'ont pas perdu de temps pour reconstruire leur cabane à sucre. (Photo : Gracieuseté - Jean-François Létourneau)

La dernière année de travail des familles Bourdeau et Létourneau est partie en fumée, le 15 juillet. Un incendie a complètement ravagé la cabane à sucre artisanale qu’ils venaient de construire. Qu’à cela ne tienne, le propriétaire Robert Bourdeau s’est relevé les manches et a motivé ses troupes pour reconstruire, si bien que 10 jours après, le bâtiment était de retour dans le paysage de Saint-Constant.

La journée même où les flammes se sont attaquées à l’endroit qui s’est avéré être une perte totale, M. Bourdeau s’affairait à nettoyer et laissait savoir à son entourage qu’il voulait reconstruire, et ce, sans réclamer d’argent aux assurances. Les pertes et la reconstruction sont évaluées à «au moins 50 000$», laisse savoir Jean-François Létourneau, dont la famille est associée à celle de M. Bourdeau depuis 10 ans. Une enquête est toujours en cours pour déterminer la cause du feu, mais il a été confirmé qu’il n’a rien de criminel.

«On s’est reviré de bord et on va faire du sirop d’érable en février et mars.»

-Jean-François Létourneau

Les familles n’ont pas perdu de temps, les outils et le bois ont été rachetés au lendemain de l’événement tragique, puis une dizaine de personnes se sont affairées à remettre sur pied un projet pour lequel ils avaient mis tout leur cœur et leur temps libre. Non sans une légère pointe de découragement.

«Deux jours avant l’incendie, on amenait l’évaporateur et les instruments de cuisine dans la cabane. On venait de terminer la construction du nouveau bâtiment. Moi, je pensais que c’était fini. La motivation et l’investissement de Robert y a été pour beaucoup, j’ai rarement vu quelqu’un se retourner vite comme ça. C’est un beau message de persévérance», raconte-t-il en tenant à rendre hommage à son associé.

M. Bourdeau était déterminé à reconstruire rapidement.

L’aventure a définitivement uni les familles davantage.

«On est une gang déjà soudée. Ç’a été plus facile d’avaler la pilule d’avoir tout perdu. Ça n’a pas été facile. C’était même démoralisant», admet M. Létourneau.

Ils en sont maintenant aux finitions. La nouvelle cabane devrait être fonctionnelle d’ici l’automne. Elle est pratiquement identique à celle qui a flambé.

«En finissant de monter les murs et en fixant des planches, Robert est passé et nous a dit à moi et à ma femme qu’il avait presque oublié l’autre cabane», confie M. Létourneau avec fierté.

Histoire familiale

M. Bourdeau a hérité de la cabane à sucre de son paternel. Il a ensuite demandé aux trois frères Létourneau de se joindre à lui pour fabriquer le liquide doré. De 200 entailles, ils en ont maintenant 1 500. Après un déménagement et l’expansion continue dans les 10 dernières années, c’est en avril dernier qu’ils ont décidé de se construire une nouvelle structure.

M. Létourneau en action

Le projet ne sert pas à faire du profit. C’est une passion.

«On le fait pour nous, on fait des cadeaux et la famille en profite», laisse savoir M. Létourneau qui occupe le poste de «bouilleur» à la cabane à sucre. Il a tout appris de façon autodidacte.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de