Vincent Graton se fait la voix du Tour du silence de la Rive-Sud

Vincent Graton se fait la voix du Tour du silence de la Rive-Sud

Le Tour du silence de la Rive-Sud est passé par La Prairie en 2014.

Crédit photo : Archives

(Texte d’Ali Dostie) Le Tour du silence de la Rive-Sud sera une belle occasion pour sensibiliser automobilistes, cyclistes et même piétons à un meilleur partage de la route, selon le comédien et chroniqueur Vincent Graton, président d’honneur de l’édition 2018.

Le trajet de 17 km, effectué dans le silence, débutera à l’hôtel de ville de Longueuil (sur le chemin de la Savane), le 16 mai à 18h45.

Vincent Graton semblait tout désigné pour devenir la voix de cet événement visant à rendre hommage aux cyclistes qui ont été blessés ou qui ont perdu la vie sur les routes. Ce dernier connaissait bien les parents de Clément Ouimet, le cycliste qui a perdu la vie sur le chemin Camilien-Houde, sur le Mont-Royal, le 4 octobre. Il avait d’ailleurs animé une célébration hommage au jeune homme de 18 ans.

Pour celui qui vit sur la Rive-Sud depuis près de deux ans, occuper la présidence d’honneur du Tour de la Rive-Sud est aussi une belle façon de s’impliquer dans sa communauté.

Vincent Graton
Crédit photo: Gracieuseté.

Respect mutuel

Lui-même cycliste, Vincent Graton estime qu’un travail d’éducation doit encore être fait auprès des cyclistes et des automobilistes pour une meilleure cohabitation.

Une cohabitation qui serait aussi plus facile grâce à des espaces réservés, souligne-t-il, d’avis que la Rive-Sud est «relativement bien» desservie en matière de pistes cyclables.

Avec le retour du beau temps, il sera d’ailleurs appelé à les emprunter de nouveau, alors qu’il s’entraîne pour le Grand défi Pierre Lavoie.

«Des fois, les cyclistes sont tellement frôlés de près par les voitures. Ça m’inquiète beaucoup. Et du côté des cyclistes, c’est important de redire que le Code de la sécurité routière s’applique à eux aussi, ne serait-ce que par le respect tout simple des feux rouges», relève-t-il.

Vincent Graton rappelle aussi l’importance pour les cyclistes de porter des couleurs voyantes, particulièrement dès la brunante.

Le but d’un événement comme le Tour du silence de la Rive-Sud n’est toutefois pas de chercher des coupables, mais bien de rappeler que le partage de la route doit se faire conjointement.

Vincent Graton précise que le piéton ne doit pas non plus être oublié, se disant inquiet des statistiques «incroyables» le concernant. En 2015, on comptait 2805 accidents avec dommages corporels impliquant des piétons au Québec.

Vers un incontournable

Au-delà de ses vertus récréatives, le vélo est appelé à devenir un incontournable des moyens de transport, notamment pour son impact environnemental, estime-t-il.

«Je suis plein d’espoir par rapport à ça! Il y a des sociétés comme en Hollande où le vélo fait partie de leur identité. Quand on voyage, c’est fascinant de voir le respect mutuel dans le partage de la route.»

Plus de 25 Tours du silence se tiendront en simultané au Québec, le 16 mai.

Écoles participantes

Environ 300 jeunes de trois écoles primaires de La Prairie feront le même exercice, le 22 mai, dans le but de faire la promotion de la sécurité routière. Un point d’arrêt se fera au parc Lucie-F.-Roussel où une halte commémorative a été érigée à la mémoire des cyclistes décédés sur les routes. Rappelons que le monument a été inauguré en 2014, notamment pour commémorer le décès de Tristan Boucher, un jeune de 14 ans ayant tragiquement perdu la vie après avoir été fauché par un autobus sur le chemin de Saint-Jean en 2012. Son père, Michel Boucher, est d’ailleurs président du Tour du silence de la Rive-Sud. (J.B.)

La famille Boucher accompagnée de l’animateur Frédéric Plante.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar