La violence sexuelle faite aux femmes «Ça me regarde»

Par Michel Thibault
La violence sexuelle faite aux femmes «Ça me regarde»
Mise en scène pour fin d'illustration. (Photo : Denis Germain)

Le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Châteauguay va lancer vendredi la campagne «Ça me regarde».

Le mouvement initié dans l’ensemble de la province par les membres du Regroupement québécois des CALACS marque la 37e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes.

Les agressions à caractère sexuel sont un fléau, selon les CALACS, et certaines femmes y sont particulièrement vulnérables.

«Le Québec a été frappé, l’automne dernier, par une large vague de dévoilements alors que des milliers de survivants.es s’emparaient du mot-clic #MoiAussi pour témoigner des violences sexuelles subies. Désormais, il n’est plus possible de nier l’ampleur de ce fléau de société. Ainsi, près d’un an après le déclenchement du mouvement #MoiAussi, les CALACS lancent un message clair aux québécois.es : Contre la violence sexuelle, #ToiAussi tu as un rôle à jouer», indiquent-ils dans un communiqué.

Avec leur campagne «Ça me regarde», les CALACS souhaitent encourager la population à s’engager et à prendre action pour lutter contre la violence sexuelle, parce que nous sommes tous.tes concernés.es par cette problématique sociale. Les outils de la campagne sont disponibles sur le site internet du RQCALACS.

«S’engager contre la violence sexuelle implique nécessairement de prendre en compte que certaines femmes vivent des situations de vulnérabilité qui peuvent les rendre plus susceptibles de subir des agressions à caractère sexuel, indique le regroupement. Les femmes qui ont un statut d’immigration précaire, qui ont des limitations fonctionnelles et/ou qui sont visées par des préjugés raciaux, sur leur identité de genre et/ou leur orientation sexuelle, par exemple, font souvent face à des obstacles spécifiques lorsqu’elles cherchent des services et/ou veulent accéder à la justice ou encore, lors de leur dévoilement. De plus, les conséquences engendrées par la violence subie sont multiples et diffèrent en raison des sources de discrimination qui marquent la vie des femmes marginalisées.»

À l’occasion de la Journée d’action, plusieurs activités de sensibilisation sont organisées. Le CALACS Châteauguay sera particulièrement actif dans le nord du territoire qu’il dessert,  soit à Hemmingford et Napierville. Ses intervenantes distribueront des outils promotionnels dans les restaurants et à la main «dans le but d’inciter les citoyens au changement».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de