Virage vert à la pharmacie Familiprix

Par Simon Deschamps
Virage vert à la pharmacie Familiprix
Les employés de la pharmacie Familiprix de Châteauguay lors de l’annonce de l’adhésion de la pharmacie au programme Maillon vert. (Photo : Gracieuseté)

Trois pharmacies Familiprix de la région ont pris le virage vert en élargissant l’offre de produits zéro déchets à la clientèle et en prenant des mesures pour réduire leur empreinte écologique.

Les succursales appartenant aux pharmaciens Michel Vinet, Benoit Morand, Éric Péladeau, Marc-André Sauvé et Sandrine Vinet situés à Salaberry-de-Valleyfield, à Coteau-du-Lac et à Châteauguay ont joint le programme Maillon vert. Ce programme a pour mission d’aider les pharmacies à devenir écoresponsables.

À cet égard, des produits ménagers et de soins corporels en vrac sont maintenant vendus dans la succursale de Coteau-du-Lac et le seront dans les autres succursales au courant des prochaines semaines, a indiqué Mme Vinet.

Elle a également fait savoir que des brosses à dents en bambou et des lingettes réutilisables, entre autres, seront d’autres produits écoresponsables sur les tablettes.

« Les produits écoresponsables seront bien identifiés pour que les clients puissent bien choisir », a-t-elle dit.

Dans le cadre de ce virage écoresponsable, la pharmacie limitera sa consommation d’énergie et de papier. Elle améliorera également ses processus de recyclage en plus de composter dans les municipalités où le service sera offert.

Contenant de pilules dans une zone grise

Alors que le gouvernement du Canada a annoncé son intention de bannir les plastiques à usage unique d’ici 2021, Marc-André Mailhot, président fondateur de Maillon vert, explique que les contenants en plastique dans lesquels les médicaments sont remis aux patients sont dans une zone grise quant à leur élimination. Ces fioles sont utilisées en quantité astronomique au cours d’une année.

« Pour des considérations sanitaires et déontologiques, le mieux que l’on puisse faire, c’est de les reprendre des clients. Mais de manière générale, il ne faut pas cibler que les plastiques à usage unique, mais éliminer tout ce qui est à usage unique pour le bien de l’environnement », a-t-il expliqué.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de