Actualités

20 ans à conjuguer santé mentale et logement

le jeudi 24 novembre 2022
Modifié à 15 h 50 min le 23 novembre 2022
Par Jules Gauthier

jgauthier@gravitemedia.com

Marika Rein est coordinatrice en services aux usagés depuis 15 ans aux Toits d’Émile. (Photo: Le Soleil - Jules Gauthier)

L’organisme châteauguois Les Toits d’Émile, qui offre des logements à long terme aux personnes ayant un problème de santé mentale, a célébré sa deuxième décennie au début du mois de novembre. Retour sur 20 ans d’existence avec Marika Rein, coordinatrice en services aux usagés.

Au début des années 2000, c’est Gérard Bruchési, un citoyen de Châteauguay dont le fils était atteint de schizophrénie, qui voulait trouver un endroit adéquat où il puisse vivre, a expliqué Marika Rein. Après être entrés en contact avec les membres de l’organisme l’Accolade, un organisme châteauguois qui s’occupe de soutenir les membres de l’entourage de personnes atteintes de maladie mentale, ils ont décidé ensemble de créer Les Toits d’Émile. Il s’agissait d’une référence au poète Émile Nelligan qui a lui aussi souffert de schizophrénie.

En évolution

Trop malade, le fils de M. Bruchési n’aura finalement jamais pu profiter de l’un des deux logements que possédait l’organisme lors de sa création en 2002. Malgré la perte d’un logement en 2022 en raison d’une reprise par le propriétaire des lieux, l’organisme offre maintenant six appartements à ses usagés qui y vivent de manière autonome et en colocation.

Après 15 ans de loyaux services, Marika Rein peut se targuer d’avoir assisté à l’évolution de l’organisme dans ses moindres détails.

« Au tout début, il y avait seulement une seule intervenante qui était là à temps partiel, les quelques bénévoles s’occupaient du reste des opérations. J’ai été la première à temps plein et maintenant, nous sommes trois employées avec 20 bénévoles qui nous appuient pour les activités », a-t-elle indiqué.

 

 

Plus de soutien

Même si le financement de l’organisme va mieux depuis quelques années, la coordinatrice estime toutefois qu’il y a eu des moments plus difficiles que d’autres. Le manque d’argent a eu notamment des répercussions sur le nombre d’intervenantes que l’institution pouvait engager.

« On espère que le gouvernement va se mobiliser pour nous aider à offrir davantage de logements aux gens, c’est notre mandat principal et en ce moment c’est excessivement difficile d’en trouver, ça nous inquiète quand même beaucoup », s’est navrée Mme Rein.

…et de visibilité

L’organisme aspire à être mieux connu par la communauté. « On commence évidemment à être connu dans la région après 20 ans de service, mais il reste que lorsque l’on n’est pas touché par un problème de santé mentale, on ne connait pas nécessairement ce type de ressource ».

Marika Rein souhaiterait donc que davantage de gens apprennent l’existence des Toits d’Émile afin qu’ils puissent rediriger des gens malades au besoin.

« Je suis toujours aussi surprise même après toutes ces années, grâce à un logement tout peut changer, je vois des gens se rétablir au cours de leur cheminement. J’y crois vraiment! », s’est-elle exclamée en guise de conclusion.