3 questions au ministère après un accident spectaculaire

3 questions au ministère après un accident spectaculaire
Les glissières de béton ont été collées sur le trottoir le 14 novembre. (Photo : Michel Thibault)

Une voiture a heurté la glissière de sécurité en béton séparant la piste cyclable de la chaussée sur le pont de la Sauvagine le 12 novembre. Elle a effectué un vol plané et s’est immobilisée sur le trottoir, l’arrière accroché au garde-fou. Son conducteur a subi des blessures légères.

Deux jours plus tard, le samedi 14 novembre, Le Soleil de Châteauguay a vu des employés du ministère des Transports sur le pont. Ils ont déplacé la glissière. À la suite de cette observation, le journal a adressé quelques questions au MTQ, auxquelles a répondu la porte-parole Karine Abdel.

L’accident s’est produit le 12 novembre.

Q : Est-ce que le déplacement des glissières est lié à l’accident ?

R : Chaque année, au printemps, le Ministère déplace les glissières de béton du pont de la Sauvagine (dans le prolongement du chemin Saint-Bernard, à Châteauguay) pour délimiter la piste cyclable et remet les glissières en bordure de route à l’automne. Le déplacement des glissières (intervention du samedi 14 novembre) était prévu et n’est pas lié à l’accident du 12 novembre.

La voiture a heurté l’extrémité de la glissière.

Q : Est-ce que la présence de la glissière peut créer une confusion pour un usager qui ne connaît pas le secteur considérant que la piste cyclable n’est pas identifiée ?

R : La voie cyclable du chemin Saint-Bernard qui passe sur le pont de la Sauvagine est située sur l’accotement. Il est interdit de rouler sur l’accotement. Même sans les glissières, la ligne de rive (ligne pleine sur l’extrémité droite de la voie carrossable) délimite la voie de circulation de l’accotement. De plus, la piste cyclable est trop étroite pour être une voie de circulation automobile.

    • La signalisation, incluant l’identification des voies cyclables, relève de la municipalité.
L’endroit où la voiture a terminé sa course.

Q : Est-ce que d’autres interventions ou vérifications ont eu lieu à la suite de l’accident ?

R : Après l’accident, la police a fermé le pont et un ingénieur en inspection s’est rendu sur les lieux pour inspecter la structure.

    • L’ingénieur n’a détecté aucun dommage affectant la sécurité de la structure, ce qui a permis de rouvrir le pont à la circulation.

 

Informations complémentaires

    • Le chemin Saint-Bernard est une route municipale
    • Le pont de la Sauvagine est à responsabilité partagée et le Ministère s’occupe de la sécurité des structures.
    • Débit journalier moyen : 6 000 (5 % camions)
    • Vitesse : 70 km/h

(Source : MTQ)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires