Sports

Un bond des inscriptions au hockey féminin

jeudi le 25 novembre 2021
Modifié à 15 h 08 min le 25 novembre 2021
Par Valérie Lessard

L’inauguration officielle de la saison des Braves roses a eu lieu samedi dernier. (Photo:Le Soleil – Denis Germain)

Au moment où la Châteauguoise d’origine Kim St-Pierre fait son entrée parmi les légendes du Temple de la renommée du hockey, on peut dire que sa relève est bien assurée dans la région. Pas moins de 72 jeunes filles ont choisi d’enfiler leurs patins cette saison dans le nouveau programme de hockey féminin à Mercier.

Ainsi, six équipes de joueuses de 4 à 14 ans porteront les couleurs des Braves roses cette saison. C’est une soixantaine de plus qu’il y a deux ans, lors de la formation de la première équipe entièrement féminine.

L’instigatrice de ce programme et vice-présidente du hockey féminin Nathalie Déry se réjouit de cet engouement. La Merciéroise, qui a elle-même joué au hockey de haut niveau, souhaitait permettre à d’autres filles de s’épanouir dans ce sport. «L’expérience que j’ai eue au hockey fait la personne que je suis», exprime-t-elle.

Dans la progression «fulgurante» des inscriptions des filles au hockey cette année, Mme Déry remarque que plusieurs n’ont jamais manié le bâton ni la rondelle auparavant. «J’ai beaucoup de joueuses pour qui c’est la première saison et certaines ont 13, 14 ans. Je ne suis pas certaine que si elles avaient été avec les garçons elles auraient osé embarquer», illustre-t-elle pour démontrer l’importance des équipes féminines.

Les hockeyeuses se sentent plus en confiance et à l’aise entre elles et ça augmente les chances que les filles restent accrochées au sport plus longtemps, fait-elle valoir.

Soutien de la communauté

Nathalie Déry travaille fort pour inciter les filles et adolescentes à s’inscrire à son programme. Elle utilise abondamment les réseaux sociaux, dont TikTok pour rejoindre les adolescentes, et l’uniforme rose ne passe pas inaperçu. «C’est stéréotypé, mais c’était voulu. On voulait attirer l’œil et se distinguer», explique-t-elle.  

Les Braves roses reçoivent l’appui de plusieurs commanditaires qui les encouragent à poursuivre leur mission.

Nathalie Déry a mis sur pied le programme de hockey féminin. (Photo:Le Soleil – Denis Germain)

L’effet Kim St-Pierre

L’intronisation de Kim St-Pierre au Temple de la renommée du hockey peut avoir une influence positive pour l’avenir du hockey féminin, mais pas nécessairement chez les jeunes joueuses qui n’ont pas de souvenirs des exploits sportifs de la gardienne de but, croit la Merciéroise. «Les joueuses vont souvent se coller à des plus jeunes qu’elles peuvent voir évoluer en ce moment, explique Nathalie Déry. Mais Kim peut inspirer les parents, qui, eux, l’ont connue. Les adultes ont un rôle très important pour encourager les filles à tenter leur chance ou poursuivre dans le hockey.»

La vice-présidente du hockey féminin à Mercier a été très touchée par le discours de Kim St-Pierre lors de son intronisation. «Elle a travaillé fort pour briser le plafond de verre. On le voit, on a beaucoup de bâtons dans les roues pour faire avancer notre sport, mais ce qu’elle vient nous dire, c’est de ne pas lâcher», commente-t-elle.

Mme Déry souhaite avoir le plus de modèles féminins possible, dont des mamans entraineuses pour inspirer ses joueuses.

La saison des Braves roses a été inaugurée le samedi 20 novembre en présence d'élus et de personnalités connues du milieu du hockey féminin. (Photo : Gracieuseté)

Comité sur le développement du hockey

Le gouvernement du Québec a annoncé le 18 novembre la mise sur pied d’un Comité québécois sur le développement du hockey. Son mandat sera d’établir un portrait de la situation dans la province et de soulever les enjeux qui concernent le développement du hockey, dont celui du hockey féminin. Sur les 15 membres du comité, 4 sont des femmes, dont Kim St-Pierre.  

À lire aussi : Kim St-Pierre intronisée au Temple de la renommée du hockey 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous