Carambolage : le maire de La Prairie veut faire partie de la solution

Par Vicky Girard
Carambolage : le maire de La Prairie veut faire partie de la solution
Donat Serres en point de presse sur les lieux du carambolage. (Photo : (Photo : Facebook – Ville de La Prairie))

Donat Serres, maire de La Prairie, met un bémol à l’intention du ministre des Transports François Bonnardel d’agir cet été, car une réflexion est nécessaire, dit-il. Il tient à ce que la Ville soit impliquée dans la solution pour sécuriser le bassin de La Prairie, car il soutient que le carambolage mortel du 19 février soulève des problématiques.  

À LIRE AUSSI: Carambolage à La Prairie: l’identité des deux victimes est connue

Carambolage à La Prairie : un blessé toujours dans un état critique

Carambolage à La Prairie : près de 70 blessés, deux personnes entre la vie et la mort

Carambolage à La Prairie : des conducteurs impliqués témoignent

Carambolage : des Américains coincés à La Prairie

«C’est la plus grosse scène que j’ai vue» – une paramédic de la CETAM

Présent avec les sinistrés de l’accident au Centre multifonctionnel Guy-Dupré, le maire de La Prairie admet être marqué par l’événement.

«J’ai vu beaucoup de gens sous le choc et secoués. Des témoignages relataient le chaos, décrivaient les bruits. Des gens étaient évacués des voitures par le toit ou le pare-brise, c’est épouvantable», témoigne-t-il.

M. Serres ajoute avoir déjà été victime d’un carambolage.

«Tu ne conduis plus jamais de la même façon. Dans ce cas-ci, le lieu de l’accident va rester gravé dans la mémoire de beaucoup de gens», explique le natif de sa Ville.

Configuration

Le maire fait valoir que La Prairie a toujours remis en question la configuration de ce tronçon de l’autoroute 15.

En 2003, le ministère a procédé au rehaussement de l’autoroute et au déplacement vers l’est, sans que la Ville soit consultée, selon M. Serres. Ce dernier indique que la problématique est surtout la surface.

«Elle devrait être en bitume ou en asphalte, alors qu’elle est en béton. En direction de Montréal, notamment à la hauteur de Brossard, ça brasse», dit-il

M. Serres ajoute qu’apporter des changements est laborieux, puisque «des ministres des Transports, nous en avons eu 6 dans les 10 dernières années».

Si, au lendemain des événements, il n’avait toujours pas eu l’occasion de discuter avec M. Bonnardel, il disait vouloir le faire sous peu.

Clôture

Alors que le ministre des Transports a affirmé que la clôture aux abords de l’autoroute 15 «n’avait pas bien fait son travail», M. Serres laisse quant à lui savoir que la clôture n’est pas là pour arrêter le vent ou la poudrerie. Sa présence pourrait avoir empiré la situation, croit-il.

«Cette clôture sert à protéger les cyclistes des débris. En 2006, nous avons demandé qu’elle soit installée de façon saisonnière. J’ai été surpris de voir que cet hiver, elle est restée en place et que le ministère compte la laisser de façon permanente», dit-il.

Le maire de La Prairie explique que la clôture en grillage garde la neige prisonnière. Elle se compresse dans la structure et crée un mur.

«Ça provoque un effet de tremplin. La poudrerie poussée par le vent est plus haute sur la route, à la hauteur des pare-brises», explique-t-il.

Le maire souligne le travail «exceptionnel» des policiers, des paramédics et du Service d’incendie, «dans des conditions difficiles». Il offre également ses sympathies aux familles des deux victimes du carambolage et à tous ceux qui ont été impliqués.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de