COVID-19 : le ministère a imputé par erreur des décès à une résidence sans cas

Par Michel Thibault
COVID-19 : le ministère a imputé par erreur des décès à une résidence sans cas
(Photo : Pixabay)

Le ministère de la Santé a finalement reconnu avoir imputé par erreur des décès et des cas de COVID-19 à la Résidence Notre-Dame-de-la-Paix à Beauharnois, qui affiche en réalité un bilan parfait.

« Il n’y a jamais eu de cas de COVID-19 à la Résidence Notre-Dame-de-la-Paix à Beauharnois. Il y a eu une erreur de saisie de données au niveau du ministère », a fait part au journal, le 2 juin, Chantal Vallée, agente d’information pour la Direction de la santé publique de la Montérégie.

Le jeudi 14 mai, Québec avait rendu public sur son site internet un « état de la situation dans les RPA » comportant une liste de résidences pour aînés avec des cas et le nombre cumulatif de décès. La Résidence Notre-Dame-de-la-Paix y figurait avec une mention de 7 décès et 9 cas. La direction de l’établissement a réfuté les données le concernant, assurant qu’il n’y avait aucun cas.

Contacté par Le Soleil de Châteauguay le vendredi 15 mai, le ministère a indiqué qu’il n’était pas en mesure de confirmer si oui ou non il y avait des cas à la résidence concernée. Un porte-parole a alors affirmé que la liste était « en révision ». Une liste « révisée » publiée le 19 mai sur le site du ministère indiquait toujours 6 cas actifs et 7 décès à la RPA visée. Le journal a recontacté le ministère pour savoir si c’était exact ou non. « Nous allons valider si ce sont en effet des erreurs », a alors indiqué une porte-parole du CISSSMO.

La confirmation qu’il s’agissait d’erreurs a été donnée au journal le 2 juin. « Il y avait des retards de saisies de données. On ne pouvait pas confirmer si c’était exact ou pas », a fait part Chantal Vallée.

Elle a souligné que la collecte et la transmission de données était « vraiment complexe ». Qu’il y avait des enjeux concernant le décès, le constat de décès et l’entrée des données dans le système. « On travaille très fort », a-t-elle souligné.

Et les outils de travail pour compiler les données ne sont pas optimaux. Le premier ministre François Legault a dit « archaïque », cette semaine, apprenant que le nombre de décès était parfois transmis par la poste ou par fax. Il a promis des investissements pour informatiser davantage le réseau de la santé.

Changements d’adresse pas fait

Les états de situation dans les RPA rendus publics en mai ont comporté de nombreuses erreurs. Selon Chantal Vallée, un facteur a pu brouiller les cartes : l’omission de certains d’effectuer leur changement d’adresse auprès de la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ).  Ainsi, des personnes ayant attrapé la COVID-19 ont vu leur cas lié à une résidence pour aînés où elles n’habitaient plus depuis des mois ou des années car c’est l’adresse de l’établissement qui était inscrite dans leur dossier de la RAMQ. « L’adresse liée à la carte de la RAMQ, c’est un enjeu. Peut-être que ça arrive souvent. Il y a des gens qui ne voient pas la nécessité de faire leur changement d’adresse », a souligné Mme Vallée.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Michel bergevin Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Michel bergevin
Guest
Michel bergevin

Ouf, quelle embrouille ! Je travaille moi-même dans un CHSLD depuis une semaine, à titre d’assistant préposé ou bien aide de service. Pour le CIUSSS de L’île de Montréal centre sud. À CHâteauguay je suis sur une liste d’attente depuis plus d’un mois, les besoins sont moins grands qu’à Montréal et ils ne m’ont pas encore appelé..