Est-ce que la langue est un outil ou une arme?

Est-ce que la langue est un outil ou une arme?
Natalia Fedosieieva (Photo : Gracieuseté)

(English Follows) Le Soleil de Châteauguay a traduit la lettre originalement écrite en anglais

Tandis que le but premier de la politique linguistique au Québec est de favoriser l’intégration dans la communauté francophone plutôt que dans la communauté anglophone, les Québécois eux-mêmes échouent l’objectif. 

Comment décrire la situation quand les gens s’en font plus par rapport à votre prononciation des mots en français au lieu de vouloir comprendre votre point de vue? Quand quelqu’un est irrité lors d’une conversation avec vous et met tous vos mots en doute en raison de vos connaissances limitées du français? 

Avant d’immigrer, je savais que le Québec est la seule province canadienne où le français est la seule langue officielle reconnue. 

En vivant au Québec depuis un certain temps, j’ai appris que cette particularité résulte d’une longue série de batailles linguistiques dont les conséquences sont toujours ressenties aujourd’hui. 

Néanmoins, j’ai essayé de mon mieux d’apprendre le français; pour avoir une langue de plus, pour réussir et le plus important pour le respect envers les autres. 

Je pense que la politique linguistique du Québec est assez équitable puisqu’elle donne aux francophones le droit de communiquer en français au travail, notamment dans les secteurs économiques où l’anglais a autrefois prévalu. Elle requiert que les immigrants envoient leurs enfants dans une école française pour s’assurer que le français demeure la langue principale au Québec. 

Cependant, j’ai remarqué que les immigrants ne sont pas réellement bien accueillis au Québec, plus particulièrement quand ils parlent anglais. Leur accent ou leur lexique restreint en français fait qu’il y a un changement d’attitude envers eux. À plusieurs occasions, les francophones ne prennent pas la peine d’essayer de les comprendre. 

 « Nous sommes au Québec. Donc, parlez français ». J’entends souvent ces mots dits avec un ton cinglant à ceux qui parlent anglais. 

Eh bien, lutter pour préserver sa langue c’est bien, mais discréditer les autres dans ce contexte ce n’est pas correct. 

Posture fermée au contact de l’autre, regard déplaisant, de l’ignorance, prétendre qu’on ne les comprend pas sont des situations auxquelles les immigrants sont souvent confrontés. 

« Il sonne à la porte ou ils sonnent à la porte? Il sonne ou ils sonnent ». La dame ne cessait de me poser cette question-piège en français, en prétendant qu’elle ne me comprenait pas quand je luis disait que ses enfants n’arrêtaient pas de sonner à ma porte sans raison. 

Après lui avoir répété ma phrase à plusieurs reprises, j’ai admis que ma prononciation en français n’était pas parfaite, alors je lui ai suggéré de l’expliquer en anglais.  

J’ai été choquée quand la dame a dit fièrement et de manière triomphale qu’elle ne parlait pas anglais et elle a énuméré d’autres langues que je pourrais possiblement parler, mais elle ne les parlait pas. Son regard me fixait, ce qui me faisait sentir comme si parler d’autres langues était tellement honteux 

À ce moment, j’ai réalisé que c’était inutile de continuer alors que la conversation est devenue inadéquate. J’ai changé de sujet. Cependant, je me suis sentie coincée dans l’insignifiance.  

Était-ce la langue qui était un problème? Pourquoi la femme s’est lancée dans le sujet de la langue? 

Quand je demande à d’autres qui sont passés par une similaire expérience, ça peut donner une réponse dans leurs mots, sur ce qu’ils ont ressenti dans leur cœur.  

Une amie de Toronto m’a raconté que ça lui est arrivé au Québec. 

« Une personne me répétait tout ce que je disais, mais avec le bon accent.  Ça m’arrive en Ontario en anglais. J’ai remarqué que ça vient des gens avec une basse estime de soi. Ils essaient de se sentir plus important et suprême en choisissant un seul aspect en se comparant avec quelqu’un qui est plus faible qu’eux dans cet aspect. J’évite ces personnes », m’a-t-elle dit. 

Une amie de Montréal m’a dit que ça lui est aussi arrivée. 

« Mais vivre dans l’ouest de l’île m’a retiré de plusieurs de ces situations », a-t-elle indiqué. 

C’est ce que je dis.  J’ai toujours senti un respect mutuel et un certain échange culturel parmi les anglophones.  

Mon collègue m’a raconté une histoire relativement à son emploi avec la Ville de Montréal. 

« On m’a dit de ne pas parler si je n’étais pas pour parler en français pendant une sortie en ski avec des collègues, même pas dans le bureau. Récemment avec les Canadiens de Montréal, je n’ai pas été considéré pour un emploi parce que je suis allé dans un CÉGEP anglophone », a-t-il mentionné. 

En même temps, il pense que nous avons juste à accepter que nous ne nous sentirions jamais réellement bien chez nous. 

« Tu affronteras toujours de l’adversité parce que nous sommes des étrangers. Mais tu dois continuer de persister. Il y aura toujours de bonnes personnes qui vont te comprendre et qui vont vouloir t’aider », a-t-il ajouté. 

J’aime son attitude positive. 

Néanmoins, je me demande comment on doit éduquer les gens pour qu’ils respectent les immigrants tout en ayant une bonne coopération entre les francophones et les anglophones et comment enseigner le multiculturalisme du Canada aux enfants.  

Enfin, sommes-nous des humains fait pour s’aider et trouver des solutions ou sommes-nous divisés comme « nous » contre « eux » pour se détruire les uns les autres?  

J’avais l’habitude de penser que le français est une belle langue, que le parler était un cadeau spécial dans la vie et qu’être polyglotte est tellement un grand avantage. 

Cependant, ces jours-ci je commence à penser que je ne veux plus parler français, que cette langue devient laide quand elle est utilisée contre les autres.  

Natalia Fedosieieva 

Is a language a tool or a weapon?

While Québec language policy is all about integration into the francophone community rather than into the anglophone, Quebecers themselves fail it. 

How one can describe the situation where people are trying to pick on your French words pronunciation instead of willing to understand your point of view? When someone talks to you half-turn and put your every single word in doubts because of your limited knowledge of French?  

Before my immigration, I knew that Québec is the only Canadian province where French is the sole official language.  

Living in Quebec for a while, I learnt that language policy resulted of a long series of language battles that are still having aftermath today. 

Yet, I tried my best to study French, for many reasons such as one-more-language, being successful, and respect towards others.  

I think Québec language policy is fair enough when gives francophones the right to communicate in French at work, notably in the economic sectors where English once predominated. It also requires that immigrants to send their children to French-language schools making sure French remains the primary language in Quebec. 

However, I noticed the fact that immigrants are not always welcome in Quebec, especially when they speak English. Their accent or restricted French lexicon change attitude towards them. Francophones on many occasions don’t bother to understand them.  

 “Nous sommes au Quebec. Doncparlez francais,” I can often hear these words with an evil tone addressed to those who speak English. 

Well, fighting for own language to preserve it is great but undermining others within this context is not OK.  

I-don’t-want-to-deal-with-you body posture, estimating unpleasant look, ignoring, and pretending they don’t understand you are those situations immigrants often deal with.  

“Il sonne à la porte ou ils sonnent à la porte?“,  “Il sonne ou ils sonnent?“ The lady was keeping asking me this really-tricky-wily-French-language question, pretending she didn’t understand me while I was telling her kid was making fun, bell-ringing into my door for no reason. 

After her repeating my words over and over, I admitted my pronunciation in French was not perfect, so I suggested to explain in English. 

I was shocked when the woman said proudly and triumphantly, she didn’t speak English and listed other languages I might possibly speak, but she didn’t. She stared at me, making me feel like speaking other languages is such a shame.  

At that moment I realized it was useless to continue, as conversation became inadequate, taking another subject  

However, I really felt fear being squeezed into insignificance. 

Was the language an issue? Why the woman jumped into the language subject?  

Asking other people who went through similar experiences can give answers in their words, what they felt in heart.. 

One of my friends from Toronto told me it happened to her in Quebec.  

“A person was repeating everything I was saying but with the right accent. Happening to me in Ontario in English. I have noticed that comes from people with a low self-esteem, so they are trying to feel more important and supreme, by choosing one single aspect and comparing themselves to someone else who is weaker in terms of this aspect. I am just avoiding such people,” she said. 

A friend of mine from Montreal said it happened before. 

“But living in the West Island removed me from a lot of these situations,” she said. 

That’s the thing, I said, I always feel mutual respect, certain cultural exchange and learning among anglophones. 

My colleague told me about his employment with the city of Montreal. 

“I was told to not bother talking at all if I was not to speak French during a skiing trip with work colleagues, not even in the office. Recently, with the Montreal Canadiens, I was not considered for the job just because I went to an English institution for CEGEP,” he said. 

At the same time, he thinks we have to just accept that we will never feel right at home. 

“You will always face adversity because we’re foreign, but you have to keep persisting. There are still some good people who will understand and will want to help,” he said. 

I like his positive way of thinking.  

However, I wonder how to educate people to respect immigrants as well as to have good cooperation between English- and French-speaking people, and to teach children about multiculturalism in Canada. 

Eventually, are we human being here to help and find solutions or are we divided as “us” and “them” to destroy each other? 

I used to think French is a beautiful language, speaking it is just a special gift in life, and being a polyglot is such a great advantage.  

However, those days I started to think that I don’t want to speak French anymore. It just becomes ugly when it is used against others. 

Natalia Fedosieieva

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de