Homme à la dérive sur un morceau de glace secouru

Par Valérie Lessard
Homme à la dérive sur un morceau de glace secouru
L'homme était sur un bloc de glace sur la rivière Châteauguay. (Photo : Gracieuseté Micheline Richard)

L’équipe spécialisée en sauvetage sur glace du service incendie de Châteauguay est intervenue sur la rivière Châteauguay le mercredi 4 mars pour rescaper un homme debout sur un bloc de glace qui dérivait. Ce dernier avait volontairement embarqué sur le morceau de glace.

Des citoyens ont contacté les services d’urgence vers 17h15 après avoir vu un homme debout sur un bloc de glace qui dérivait sur la rivière Châteauguay dans la ville du même nom. Pendant que l’équipe spécialisée en sauvetage sur glace des pompiers de Châteauguay se préparait, le chef aux opérations du service incendie Richard Perras s’est rendue sur le bord de la rive à la hauteur du 331, boulevard d’Youville. «J’ai utilisé un porte-voix pour indiquer au monsieur de rester calme, que les pompiers s’en venaient, raconte M. Perras. Il m’a répondu que ce n’était pas nécessaire et de le laisser dériver. Il était tout à fait à l’aise.» L’homme était sur un bloc gelé de deux mètres par deux mètres selon le chef aux opérations.

Les pompiers ont tout de même poursuivi leur intervention. L’homme a collaboré avec les autorités et a regagné la rive avec les pompiers. M. Perras a rappelé à l’individu qu’il peut être très dangereux de faire une chute dans l’eau à cette température. « Ce n’est vraiment pas une bonne idée. L’eau est à 4 ou 5 degrés. Le corps subit un choc thermique et tombe rapidement en hypothermie», explique le pompier. Une telle chute peut être mortelle, dit M. Perras.

Plusieurs citoyens ont remarqué la présence inusitée de cet homme sur la rivière et étaient inquiets pour lui. Micheline Richard en faisait partie. «J’ai dû regarder par deux fois, je me disais que ça se peut pas. Qu’est-ce qu’il faisait là ?» raconte-t-elle. Elle dit avoir été impressionnée par la rapidité d’intervention des services d’urgence. «J’ai eu peur pour lui et nous, sur la rive, on ressentait de l’impuissance. Qu’est-ce qu’on aurait pu faire s’il tombait à l’eau ?» indique-t-elle. Mme Richard dit qu’il semblait calme malgré le fait qu’il dérivait «assez rapidement».

L’aéroglisseur de la Garde côtière canadienne était passé plus tôt dans la journée sur la rivière Châteauguay pour la libérer de ses glaces.

Les photos qui suivent sont une gracieuseté de Micheline Richard.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de