Actualités

«Irrégularités» dans l'octroi de contrats à Beauharnois entre 2015 et 2017

jeudi le 07 mars 2019
Modifié à 13 h 28 min le 07 mars 2019
Par Michel Thibault

mthibault@gravitemedia.com

Des «irrégularités» ont été constatées dans la gestion de la Ville de Beauharnois sous l’ancienne administration, a indiqué le maire Bruno Tremblay lors de l’assemblée du conseil municipal de février. «Selon des vérifications, entre 2015 et novembre 2017, il y a eu des irrégularités, dont certaines dépenses de plus de 100 000 $ réalisées de gré à gré sans résolution du conseil», a affirmé le maire. C’est l’un des motifs invoqués par le conseil municipal pour demander au ministère des Affaires municipales de vérifier la gestion de la Ville pour les années 2015, 2016 et 2017. Après que le maire eut interpellé le dit ministère en début d’année, la demande a été formulée formellement par le conseil sous forme de résolution en février. Ce, à l’unanimité mais en l’absence des conseillers Guillaume Lévesque-Sauvé et Linda Toulouse, qui faisaient partie de l’ancienne administration. Paix sociale «On a demandé une vérification pour ramener la paix sociale, a justifié le maire Tremblay. Il faut que tout le monde ait l’heure juste. Un tel audit se veut la seule alternative crédible et neutre pouvant permettre à la population de prendre connaissance de la réalité financière précaire avec laquelle le conseil municipal doit composer mais également d’outiller les ressources internes de la Ville dans les efforts qu’elles mettent en œuvre depuis quelques mois pour instaurer des mécanismes de contrôle et de suivi prescrit pour s’assurer que de tels dérapages ne se reproduisent plus à l’avenir.» La hausse de taxes de 15 % décrétée par le conseil pour 2019 passe mal. Une pétition endossée par 1000 citoyens réclame qu’elle soit allégée. Une autre pétition, celle-là de 700 signatures, demandait une intervention du ministère. Bruno Tremblay assure que la hausse de taxes est nécessaire pour rétablir les finances de la Ville. En novembre, le Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes du ministère des Affaires municipales a informé Beauharnois à l’effet que, selon la loi, l’argent provenant de la vente de terrains à Ikea aurait dû servir à rembourser l’emprunt de 30 M $ contracté par la municipalité pour acquérir d’Hydro-Québec les dits terrains et les doter d’infrastructures. La somme a plutôt été versée au fonds général de la Ville et utilisée à d’autres fins. La municipalité doit corriger la situation. C’est un des éléments qui expliquent la hausse de taxes. Contrôle des dépenses Entre-temps, la Ville se «donne des outils pour contrôler les dépenses» des employés, a souligné le maire. Le conseil a annoncé qu’il adopterait un règlement établissant les règles en matière de délégation, de contrôle et de suivi budgétaire. «Ce sont les autorisations qui sont données aux différents cadres sur le niveau d’autorisation qu’ils peuvent dépenser. On a revu l’ensemble de notre règlementation à ce niveau-là», a fait part le maire. «C’est supporté par un logiciel qui fait en sorte qu’aussitôt qu’une dépense est engagée, elle est entrée directement dans les budgets. On ne pourra plus dépenser les montants deux fois, trois fois et quatre fois. C’est rentré automatiquement et c’est déduit automatiquement», a-t-il expliqué. «C’est des outils supplémentaires qu’on s’est donné pour s’assurer de respecter nos budgets.»