Kim Racine une femme «énergique, souriante et travaillante» selon une amie

Kim Racine une femme «énergique, souriante et travaillante» selon une amie

Kim Racine, 24 ans.

Crédit photo : Photo tirée de Facebook

Une proche de Kim Racine, 24 ans, qui aurait été tuée par son ex-conjoint à Saint-Isidore le 29 juillet, pleure la perte d’une amie qui «croquait dans la vie à pleines dents».

Stéphanie R. Hogue, qui était une bonne amie de Kim Racine, est sous le choc depuis la mort tragique de sa copine.  Elle la décrit comme une femme «pleine de vie qui aimait la vie d’ailleurs. Elle était travaillante aussi. Elle adorait la coiffure et tout ce qui était manuel (camions, etc.)», témoigne-t-elle. «Kim était une fille tellement énergique, souriante. À tout moment, même quand les choses allaient mal dans sa vie, elle était toujours prête à se consacrer à ses amis.»  Son père, Eric Racine, abonde dans le même sens. «Kim était une fille extrêmement joyeuse, souriante et vraiment aimé de tous.»

Le drame est survenu en soirée le dimanche 29 juillet dans une  résidence du rang Saint-Simon à Saint-Isidore. La police de Châteauguay y est intervenue vers 19 h  à la suite d’un appel au sujet d’une personne en détresse respiratoire. À leur arrivée, les policiers ont découvert Kim Racine en arrêt cardio-respiratoire. Son décès a été constaté à l’hôpital.

La Sûreté du Québec, qui a pris le relais dans ce dossier en raison des «circonstances nébuleuses du décès», a arrêté l’ex-conjoint de la victime, Eugène Morin, 36 ans le lendemain. «Il avait rendu visite à la victime le jour de l’événement», indique Louis-Philippe Bibeau, porte-parole à la Sûreté du Québec. Eugène Morin a été formellement accusé de meurtre au deuxième degré au palais de justice de Valleyfield. Il y était toujours détenu mercredi.

Des gerbes de fleurs ont été déposées devant la résidence de Saint-Isidore où le crime a eu lieu. (Photo Valérie Lessard)

Prise dans une relation toxique

Selon des proches, Kim Racine tentait depuis plusieurs mois de mettre un terme à sa relation qualifiée de toxique avec Eugène Morin. La victime avait trouvé refuge chez un ami à Saint-Isidore. «Elle savait que cette relation était malsaine, mentionne son amie Stéphanie. C’est la raison pour laquelle elle était rendue si loin de la Ville. Mais il finissait toujours par avoir une emprise sur elle.» Stéphanie R. Hogue confie qu’elle n’avait pas de crainte pour la sécurité de Kim Racine. «Je n’avais pas de crainte, car je savais qu’elle était entre bonnes mains. Je connais depuis des années la personne qui l’hébergeait. Il prenait soin d’elle et l’aidait beaucoup».

Le père de Kim, Eric Racine, raconte que son fils et lui ont offert plus d’une dizaine de fois de l’aide pour déménager à Québec ou Halifax, où ces derniers demeurent. «Malgré les multiples disputes et ruptures, Kim a toujours repris avec lui, car il promettait de changer, raconte-t-il. C’est un grand jaloux, manipulateur, violent, menteur et escroc. Les femmes qui se retrouvent dans une telle situation sont, bien souvent, aveuglées par des fausses promesses que tout va changer pour le mieux, mais plus ça change plus c’est pareil.»

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar