Le Beachclub du Martinois Olivier Primeau devant la Régie des alcools

Par Valérie Gagnon
Le Beachclub du Martinois Olivier Primeau devant la Régie des alcools
Olivier Primeau avec DJ Carnage au Beachclub. (Photo : Archives)

Le Beachclub de Pointe-Calumet, appartenant à la famille Primeau de Sainte-Martine, est convoqué devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) en février. 

Selon ce que rapportent  La Presse et Le Journal de Montréal, le mercredi 15 janvier, la Régie de police du lac des Deux-Montagnes dénonce l’«engorgement des services de sécurité» au Beachclub. Ce corps policier demande l’intervention de la RACJ. Le Parc nautique est considéré comme étant un «cas à problème» en lien avec de nombreux événements survenus tels que des intoxications, bagarres, vente de drogue, plaintes de bruit et la présence de Hells Angels.

«Ça va peut-être même se régler hors cours», a dit Olivier Primeau, copropriétaire du Beachclub de Pointe-Calumet, en entrevue avec Paul Arcand à l’émission du matin Puisqu’il faut se lever à 98,5 FM, le jeudi 16 janvier. M. Primeau considère avoir une très bonne entente avec la police.

Lui et sa famille (Dominique Primeau, père, et Julien Primeau, frère) ont fait l’acquisition du site en 2015. Au cours de cette même année, un client du Beachclub âgé de 21 ans s’est noyé. Il était intoxiqué par l’alcool et la drogue.

D’autres faits sont pointés du doigt comme celui d’un résident de Pointe-Calumet happé mortellement en 2017 par un conducteur qui se rendait sur le site. Une cinquantaine de cas d’intoxication à l’alcool ou à la drogue transportés en ambulance et des arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies ont été répertoriés entre 2016 et 2018.

«Pour tous ceux qui fréquentent le Beachclub ou un de nos événements, vous savez à quel point nous avons une organisation professionnelle et à quel point nous prenons votre sécurité au sérieux… de votre entrée au Beachclub, jusqu’à votre sortie. Vous êtes en sécurité à 100 % du temps. On parle du service de police jusqu’à nos secouristes sur place; tout est pris très au sérieux», a mentionné M. Primeau dans une longue publication sur sa page Facebook.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de