Le Centre de services scolaire cherche des solutions pour recycler ses masques

Par Katherine Harvey-Pinard
Le Centre de services scolaire cherche des solutions pour recycler ses masques
(Photo : Pixabay)

Depuis le 18 janvier, chaque établissement d’enseignement secondaire doit remettre deux masques chirurgicaux par jour à tous les élèves. Questionné à savoir ce qu’il advient de ces milliers de masques à la fin de la journée, le Centre de services scolaire des Grandes-Seigneuries (CSSDGS) affirme être à la recherche d’une solution pour les recycler adéquatement.

Certaines écoles ont pris l’initiative de mettre des contenants à la disposition des élèves et du personnel afin de recueillir les masques souillés à des fins de recyclage, indique la directrice adjointe du Service du secrétariat général et des communications, Hélène Dumais.

«Le CSSDGS analyse actuellement les solutions possibles pour atteindre cette visée en mettant en place dans toutes ses écoles, notamment au secondaire où l’usage du masque de procédure est obligatoire, des dispositifs adaptés, autant que le recyclage de ces masques soit possible dans nos milieux», fait savoir Mme Dumais.

Elle ajoute qu’une orientation devrait être transmise à ses écoles «dans les prochains jours» à ce sujet.

Rappelons que le gouvernement du Québec a annoncé à la fin du mois de janvier que les frais engendrés par l’achat et la récupération des masques seraient remboursés aux centres de services scolaire.

Des options de recyclage

Contactée par Le Soleil de Châteauguay, Recyc-Québec rappelle que les masques ne vont pas dans les bacs de récupération, de matières organiques ou dans l’environnement.

À la fin du mois de janvier, l’organisation a partagé avec les ministères de l’Éducation et de la Santé, ainsi qu’avec les institutions d’enseignement publiques et privées et la Fédération des centres de services scolaires du Québec, un document où sont énumérées les entreprises offrant des services de récupération de masques et d’équipements de protection individuelle. Elle en compte quatre, soit Medsup Go Zero à Magog, MultiRecycle à Lachine, Sanexen à Brossard et Terracycle à Trenton aux États-Unis. Chacune propose un service semblable de collecte par boîte. Le traitement varie toutefois.

Medsup Go Zero désinfecte et trie les matières avant de les rediriger vers ses partenaires recycleurs qui transforment les composantes en matière première recyclée et réutilisable. MultiRecycle et Sanexen optent plutôt pour la valorisation énergétique, c’est-à-dire que la matière est incinérée afin de générer de la vapeur et de l’électricité.

Quant à Terracycle, elle densifie et recycle les masques en palettes de livraison ou en dormants de chemins de fer.

«Nous encourageons les organisations à bien s’informer sur les modes de recyclage de la matière récupérée et leur destination finale, mentionne Recyc-Québec. L’objectif du Québec dans la gestion des matières résiduelles étant d’encourager le recyclage au Québec ou limitrophe.»

Recyc-Québec précise toutefois que sa liste de récupérateurs ne constitue pas un avis, une recommandation, une analyse de procédés ou une quelconque garantie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Des solutions pour recycler les masques dans les écoles - Le Soleil de Châteauguay
13 jours

[…] Contactée il y a deux semaines, la directrice adjointe du Service des communications, Hélène Dumais, affirmait que certaines écoles avaient déjà pris l’initiative de mettre des contenants à la disposition des élèves et du personnel afin de recueillir les masques souillés. Elle précisait que le CSSDGS était à la recherche d’une solution pour les recycler adéquatement. […]