Le père Noël de passage à l’école Saint-Urbain

Marie-Josée Bétournay-collaboration spéciale
Le père Noël de passage à l’école Saint-Urbain
Parti des locaux de l’entreprise Cuisine Gourmande, le père Noël s’est rendu à l’école Saint-Urbain à bord d’un camion de pompier. (Photo : Gracieuseté)

Le père Noël était de passage à l’école Saint-Urbain, à Saint-Urbain-Premier, le 16 décembre, pour souligner le dernier jour en classe à l’école avant le congé des Fêtes.

La direction de l’école avait invité les enfants à revêtir des vêtements chics dans un message publié sur la page Facebook de l’établissement. «Nous avons hâte de vous voir avec vos belles robes et vos belles chemises hihihi!», peut-on y lire.

Le père Noël est arrivé à l’école Saint-Urbain à bord d’un camion de pompier vers 11h. «Les enfants, dans leur bulle-classe, attendaient patiemment dans la cour d’école, souligne Catherine Landry, instigatrice du projet. C’était un spectacle. J’avais la larme à l’œil.»

Les jeunes ont eu droit à un repas de Noël, gracieuseté de l’entreprise Cuisine Gourmande, à Saint-Urbain-Premier. «On connaît la population et les enfants. On trouvait triste la situation des enfants. On voulait leur faire oublier, l’instant d’un moment, la pandémie mondiale», explique Mme Landry, propriétaire de l’entreprise. Catherine Landry et son équipe ont servi près de 140 assiettes de ragoût de boulettes et tourtière. Chocolat chaud et carrés aux Rice Krispies ont complété le dîner. «Des parents bénévoles ont prêté main-forte pour la distribution des chocolats chauds. Il y avait de la musique. Ç’a été un vrai succès», poursuit-elle. Pour l’entrepreneure, cet événement a permis un rapprochement avec la communauté; le lien social entre les résidents étant moins présent depuis mars.

Distribution de paniers de fruits et légumes

Au printemps, à l’annonce de la première vague de la pandémie de la COVID-19, Catherine Landry a servi son dernier café à la salle à manger de Cuisine Gourmande et cessé les activités du volet événementiel. L’entrepreneure s’est concentrée sur le service traiteur puis a entamé la distribution de paniers de fruits et légumes, un nouveau concept. Résultat : le volet traiteur a pris de l’expansion, souligne Mme Landry.  «Les parents, avec le télétravail et l’école à la maison, trouvent un réconfort dans les repas de la semaine, et surtout nos personnes âgées», dit-elle. La distribution de paniers de fruits et légumes a suivi la même tangente. Au plus fort de la première vague, Catherine Landry et son équipe ont vu à la préparation d’une centaine de paniers par semaine. Aujourd’hui, l’entrepreneure en livre une trentaine sur une base hebdomadaire avec l’aide de son conjoint, Robert Paquette.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires