Le secteur immobilier reprend graduellement

Par Yanick Michaud
Le secteur immobilier reprend graduellement
Le secteur immobilier a connu une baisse et reprend graduellement, mais pour Pierre Viau, pas question de vendre avec des visites virtuelles. (Photo : PxHere)

Les manières de faire ont été modifiées en ce qui concerne les ventes de maisons.

Le courtier immobilier chez Proprio Direct, Pierre Viau, demeure toutefois convaincu qu’on ne vend pas une maison avec une visite virtuelle. « Je ne crois pas à ça. C’est rare que j’achète en ligne. À moins que ce ne soit quelque chose que j’achète souvent. Mais une maison, tu ne peux pas acheter ça sans l’avoir vue. C’est un achat trop important », plaide-t-il.

Alors il privilégie les vraies visites, mais en respectant rigoureusement les critères établis par la Santé publique. « C’est un client à la fois. On doit porter des gants. C’est moi qui ouvre les portes. Les armoires. Je suis là pour assister les gens. Tout en effectuant des visites plus courtes », lance Pierre Viau qui préfère les propriétés vides et inhabitées.

L’activité se poursuit

Pour lui comme pour plusieurs de ses confrères, le marché a ralenti dans le dernier mois. « C’est normal. Mais en même temps, nous ne sommes pas à Montréal. On a moins senti cette vague. Cette semaine ça reprend graduellement », affirme le courtier qui regarde beaucoup ce que recommande l’OACIQ pour la suite des choses. Il s’agit de l’autorité en matière de courtage immobilier du Québec.

D’ailleurs les responsables rappellent que depuis le 20 avril, le gouvernement autorise les activités de courtage immobilier pour les transactions immobilières dites prioritaires en matière résidentielle. On parle ainsi de celles dont la prise de possession de l’immeuble est prévue au plus tard le 31 juillet. Ou qui ont pour but de se reloger d’ici le 31 juillet.

Une baisse anticipée

Du côté de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, on vient de publier les plus récentes statistiques. Celles du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. Elles sont établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Au total, 403 ventes ont été enregistrées au cours du mois d’avril, soit une chute de 55 % par rapport au même mois l’an dernier. Comme prévu, la mise en pause de nombreux secteurs économiques pour lutter contre la propagation de la COVID-19 par le gouvernement provincial depuis le 23 mars, dont celui des professionnels de l’immobilier, s’est ainsi manifestement répercutée sur les activités des courtiers et le marché de la revente dans la RMR de Québec.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de