Les candidats prudents dans leurs réponses

Par Valérie Lessard
Les candidats prudents dans leurs réponses
(Photo : (Le Soleil de Châteauguay- Archives))

Le conseil de bande de Kahnawake appelle au boycott des entreprises de Châteauguay depuis le mois d’août pour mettre de la pression dans un dossier de transfert de terres le long de l’autoroute 30. Les villes concernées poursuivent le gouvernement du Québec dans cette affaire réclamant l’annulation du transfert des terres. Quelles solutions les candidats de la circonscription Châteauguay-Lacolle proposent-ils pour régler ce litige qui touche autant le niveau municipal, provincial que fédéral? Voici leurs réponses

Brenda Shanahan, candidate libérale

«La décision du gouvernement du Québec de procéder au transfert des terres visées est maintenant un fait accompli.  Le gouvernement du Canada devrait maintenant procéder selon les règles établies.  En ce qui a trait aux enjeux liés à la juste compensation des municipalités impliquées, cette question vise essentiellement  le gouvernement provincial et lesdites municipalités.  La judiciarisation de ce dossier nous oblige donc à limiter nos commentaires pour le moment.»

Philippe St-Pierre, candidat conservateur

«Le boycott est très malheureux et la question devrait être réglée le plus rapidement possible. Cependant, c’est un enjeu d’un autre palier du gouvernement, ce sont des terres provinciales et les gens concernés devront s’adresser à la province pour avoir plus d’information. Le respect des champs de compétences est très cher à notre parti, notre premier ministre et moi-même.»

Sylvain Chicoine, candidat NPD

«Le NPD reconnaît que le transfert des terres à Kahnawake est un dossier important pour le conseil de bande et pour les municipalités. Les négociations et les discussions impliquent les municipalités, le conseil de bande et le gouvernement du Québec. Un gouvernement du NPD serait prêt à collaborer au processus en tant que partenaire aux parties directement concernées. Une entente négociée vaut toujours mieux qu’un règlement imposé. C’est pour cette raison que le NPD se pliera aux conclusions des négociations ou d’un éventuel jugement des tribunaux et s’affairera à travailler avec les différentes parties concernées.»

Sophie Stanké, candidate Bloc Québécois

«L’important dans cette histoire c’est d’être à l’écoute. Si nous pouvons faciliter la réouverture des canaux de communications, nous le ferons. Il faut trouver une solution juste et concertée. Sans vouloir s’ingérer dans la politique provinciale (il s’agit en effet avant tout d’un enjeu touchant principalement les compétences du Gouvernement du Québec), il semble que le député et ministre manque également de leadership dans cette affaire, qui laisse pourrir dans les mains des maires et du Grand Chef. D’ailleurs, j’ai déjà parlé de la situation avec la mairesse Simon et j’ai demandé à rencontrer MM. Moreau et Norton. Ce sera un des nombreux dossiers à régler en concertation avec les élus locaux lorsque je serai élue, si la population me donne le mandat.»

Rappel des faits

2008:En 2008, le gouvernement du Québec s’était engagé à rendre disponibles des terres lui appartenant lorsque l’autoroute 30 serait terminée et qu’elles soient transférées à Kahnawake. En vertu d’un jugement de la Cour suprême dans l’affaire des Haidas, Québec n’avait pas le choix de consulter Kahnawake avant d’aller de l’avant avec la construction de l’autoroute 30 puisque le tracé de la voie rapide prévoyait passer sur les terres de l’ancienne seigneurie du Sault-Saint-Louis, territoire revendiqué par les Mohawks.

2012:Le 15 mai 2012, le chef de bande de Kahnawake Clinton Phillips  s’adresse au Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord pour faire part des difficultés que vit la réserve pour acquérir les terres promises. M. Phillips déplorait la lenteur des procédures au fédéral. «C’est à cette étape que les choses peuvent stagner pendant 5 ou 10 ans. Nous espérons avoir le feu vert des autorités fédérales afin de pouvoir commencer immédiatement à utiliser ces terres», disait-il.

Mai 2013:Le gouvernement du Québec adopte un décret ordonnant que soit réservé et affecté l’usufruit de terres situées à Sainte-Catherine, Saint-Isidore, Saint-Constant et Châteauguay et qu’elles soient transférées gratuitement au gouvernement du Canada pour qu’elles soient, par la suite, remises à Kahnawake.

Juin 2013:Les villes de Châteauguay, Sainte-Catherine, Saint-Constant et Saint-Isidore intentent une poursuite contre le gouvernement du Québec et mettant en cause le conseil de bande de Kahnawake et le gouvernement du Canada dans cette affaire. Les villes demandent l’annulation du décret. Advenant un transfert de terres, les villes exigent que les lois sur l’aménagement, l’urbanisme, la protection du territoire agricole et la qualité de l’environnement s’appliquent sur ces terres.

Août 2015:Nouvellement élu, le Grand Chef de Kahnawake Joe Norton demande à sa communauté de boycotter les entreprises de Châteauguay pour mettre de la pression sur les autorités municipales de Châteauguay, afin qu’elles et ses voisines abandonnent la poursuite judiciaire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires