L’humoriste Mathieu Cyr parlera du TDAH et de l’école à la maison

Par Valérie Gagnon
L’humoriste Mathieu Cyr parlera du TDAH et de l’école à la maison
L'humoriste Mathieu Cyr. (Photo : Gracieuseté - Audric Gagnon)

ENTREVUE. L’humoriste Mathieu Cyr, originaire de Beauharnois, sera sur la scène de la salle Jean-Pierre-Houde du Centre culturel Vanier de Châteauguay, le vendredi 12 avril, dès 20 h, pour présenter son premier one-man-showintitulé Le chaînon manquant, dont la mise en scène est assurée par Luc Senay. 

Q   Pourquoi avez-vous décidé de vivre en commune avec une autre famille? 

R   Parce qu’on fait l’école à la maison et c’est plus facile pour nous. Ça nous permet d’avoir une certaine souplesse au niveau de la parentalité. Dans le sens que je peux passer une soirée avec ma blonde au restaurant et notre coloc garde les enfants et vice versa. 

Q   Trouvez-vous que les médias ne parlent pas assez de la problématique du TDAH en milieu scolaire? 

R   Je trouve qu’ils en parlent, mais seulement sur le milieu scolaire. Tu n’arrêtes pas d’être TDAH rendu chez vous le soir. Tu n’arrêtes pas d’être TDAH parce que c’est samedi ou dimanche. Oui ça peut influencer tes résultats scolaires, mais dans ta vie en général, ça peut influencer le reste aussi. 

Q   Pourquoi faites-vous l’école à la maison à vos enfants? 

R   Parce que je veux que mes enfants puissent me suivre quand je pars en tournée. J’ai des amis que leurs enfants sont dans le système scolaire et ça leur prend huit pages de motivation pour manquer une semaine d’école. Aussi, je veux que mes enfants apprennent pour le plaisir et non pas pour avoir une note. Moi mes enfants je ne les note pas. Ils sont curieux. Ma fille s’intéresse à l’architecture et à la peinture. Elle commence à parler l’anglais et elle a six ans.    

Q   Le fait d’exploiter des sujets qui sont près de vous dans votre spectacle, est-ce votre façon de sensibiliser les gens? 

R    Oui et non.  Quand je fais mon show, je sais qu’il y a des gens qui n’ont pas les mêmes opinions que moi. J’aime autant conscientiser que je déteste être moraliste. Tu as le droit de penser comme tu veux, mais j’aime ça te conscientiser en disant qu’il y a d’autres façons de penser et je trouve ça cool de pouvoir le faire avec l’humour. Mon spectacle est intéressant, mais surtout drôle. Les gens rient pendant 90 minutes et quand ils retournent chez eux en auto, ils pensent. Je trouve ça génial. 

Q   Quels ont été les principaux défis que vous avez rencontrés lors de la mise en scène de votre premier one-man-show? 

R   C’est de se regarder abusivement. La mise en scène c’est ça; fois mille. Tu te regardes, tu t’écoutes. Tu te perfectionnes en te jugeant, donc c’est sûr que c’est difficile. 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de