Mort d’un homme : les Peacekeepers n’avaient rien à se reprocher

Par Vicky Girard
Mort d’un homme : les Peacekeepers n’avaient rien à se reprocher
Peacekeepers. (Photo : (Archives))

À la suite d’une enquête menée par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) sur une intervention policière au terme de laquelle Gerald Alexander Marquis a perdu la vie, en décembre 2019 à Kahnawake, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a annoncé qu’il ne portera pas d’accusation, le 3 mars.

Après avoir examiné le rapport produit par le BEI, le DPCP «conclut que l’analyse de la preuve ne révèle pas la commission d’une infraction criminelle par les Peacekeepers de Kahnawake», peut-on lire dans un communiqué du DPCP.

De son côté, le BEI, qui avait dévoilé son rapport en août 2020, indique qu’il a déployé huit enquêteurs, soutenus par deux techniciens en identité judiciaire du Service de police de Montréal (SPVM) afin de faire la lumière sur l’événement.

«Dans ce dossier, le BEI a recueilli le témoignage de 19 témoins civils. Il a également analysé les faits rapportés par le policier impliqué et les vingt policiers directement liés à l’événement», fait savoir le Bureau d’enquête indépendante.

Le contenu de toutes les entrevues a été remis au DPCP.

«Une tragédie» 

Kyle Zachary, porte-parole des Peacekeepers de Kahnawake, a réagi à la nouvelle.

«C’était une situation terrible et nous sommes heureux qu’il n’y ait pas eu davantage de blessés. Nous sommes fiers de la façon dont nous avons géré la situation. Ç’a ne s’est pas bien terminé, mais je crois que nous l’avons gérée du mieux que nous le pouvions, et le rapport le confirme», affirme-t-il.

M. Zachary ajoute que les Peacekeepers vont de l’avant et «espèrent que la famille pourra, en quelque sorte, tourner la page durant sa guérison face à cette tragédie».

Lorsqu’un événement traumatique se produit, les Peacekeepers procèdent à un compte-rendu en équipe afin d’en discuter et «d’évacuer toutes les émotions qui doivent l’être».

Cela a été fait deux ou trois jours après l’intervention policière, dans ce cas-ci.

«Ceux qui ont vécu cet événement devront vivre avec des cicatrices pour toujours, reconnaît M. Zachary. Nous avons un bon système en place pour nos policiers afin qu’ils puissent traverser ce genre d’épreuve.»

Il ne pouvait confirmer après combien de temps les agents impliqués ont réintégré leur poste, mais un médecin devait confirmer qu’ils pouvaient le faire.

«Tout le monde semble aller aussi bien qu’ils peuvent aller après cela. Ils ont tous pris le temps dont ils avaient besoin», soutient M. Zachary.

Rappel des faits

Le 8 décembre 2019, à 18h30, les Peacekeepers ont reçu un appel les alertant qu’un homme désorganisé endommageait sa maison. Des agents y sont entrés puisque la porte était ouverte, en annonçant leur présence. Ils en sont sortis rapidement à la demande de l’homme armé.

Il est sorti de sa résidence avec son arme pointée sur les policiers en tirant à plusieurs reprises. L’homme est allé dans sa voiture et les agents ont entendu un coup de feu. Gerald Alexander Marquis, 30 ans, avait tourné son arme contre lui-même, se blessant à la tête. Son décès a été confirmé à l’hôpital.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires