Nutritionniste récompensée pour son travail auprès des diabétiques de Kahnawake

Nutritionniste récompensée pour son travail auprès des diabétiques de Kahnawake
Joëlle Emond (Photo : Gracieuseté)

(English follows) Son travail pour le progrès des soins en diabète à Kahnawake a valu un prix prestigieux à Joëlle Emond, diététiste-nutritionniste.

L’Ordre Professionnel des Diététistes du Québec (OPDQ) lui a remis le «prix Mérite annuel en nutrition – Volet jeune professionnel» lors de son gala annuel le 30 novembre. La distinction récompense un membre qui «s’est distingué par sa compétence, son engagement, son leadership et son professionnalisme dans l’exercice de la profession, tous champs de pratique confondus», indique l’ordre professionnel.

«C’est un honneur tel que j’ai encore du mal à le croire. Ce n’est pas que je manque de confiance en la qualité et en la valeur de mon travail mais plutôt parce que tellement de gens font aussi un travail remarquable», a réagi la lauréate dans un courriel.

Portée nationale

Joëlle Emond s’est démarquée avec la création d’un «ensemble de bienvenue» utile aux autochtones recevant un diagnostic de diabète ou déjà en traitement. Celui-ci fournit de l’information de manière attrayante et comporte une variation du système de décompte des glucides adaptée à la culture indigène, indique dans une lettre de recommandation le Dr Stewart Harris, de la Western University à London en Ontario. Baptisée «Système Canoë», la variation est adaptée au niveau de littératie de ses usagers autochtones, notamment de l’hôpital Kateri Memorial.

«Cette approche, et le travail de l’équipe soignante de Kahnawake, suscite l’intérêt de chercheurs et d’autres Premières Nations d’un bout à l’autre du pays» se réjouit Mme Emond.

Sa participation à des projets de recherche sur la problématique et à plusieurs tribunes, dont le Conseil d’experts sur les considérations autochtones pour la révision du Guide alimentaire canadien, au colloque «Alimentation et santé des autochtones : histoires, réalités et perspectives d’avenir» tenu à l’Université de Montréal, a aussi été retenue.

Problème grave

Avec 12 % de leur communauté atteinte, les autochtones de Kahnawake sont deux fois plus touchés par le diabète que la population en général, informe Louise Potvin, titulaire de la Chaire sur les inégalités de santé de l’Université de Montréal et chercheuse au Groupe de recherche interdisciplinaire en santé, dans un article de Forum express de l’Université de Montréal. «C’est un problème de santé publique grave», souligne la chercheuse dans le reportage. Oeuvrant à Kahnawake depuis 30 ans, Dre Ann Macaulay a affirmé à Forum express : «Ici, des gens meurent de crises cardiaques à l’âge de 50 ans à cause du diabète. Ce n’est pas acceptable à notre époque».

Susan Munday, directrice du département de nutrition au Kahnawake Medical Health Center (KMHC), Joëlle Emond, lauréate, et Chantal Haddad, diététiste-nutritionniste au KMHC. (Photo gracieuseté)

Accomplissements

Joëlle Emond a aussi participé au panel interprofessionnel des soins de santé présenté à l’Université McGill et mettant en lumière l’importance de la collaboration entre les différents intervenants de la santé et le rôle de la diététiste-nutritionniste dans le contexte du travail multidisciplinaire. Elle est coauteure de différents articles scientifiques et collabore aux projets de recherche pancanadiens FORGE AHEAD et SOAR menés par l’Université Western en Ontario. «Ces projets ont pour but de développer et évaluer un modèle de soins de santé primaires pour la gestion du diabète impulsé par les communautés autochtones», mentionne-t-elle.

C’est la deuxième fois que le travail de nutritionnistes œuvrant à Kahnawake est reconnu par l’OPDQ. Ses collègues et elle avaient aussi reçu le prix Blé d’Or General Mills – Mérite en nutrition publique en 2012 pour un autre projet.

Her work with diabetics in Kahnawake saluted

Michel Thibault  Translation Dan Rosenburg

mthibault@gravitemedia.com

Her work for the progress of diabetic care in Kahnawake was worth a prestigious prize to dietician-nutritionist Joelle Emond.  

The Quebec Order of Professional Dieticians (OPDQ) presented her with the ‘’annual Nutrition Merit prize–young professional section’’ at its annual gala on November 30. The distinction rewards a member who ‘’distinguished herself by her competence, her commitment, her leadership and her professionalism in the exercise of all fields of practice in her profession,’’ the OPDQ indicates.

‘’It’s an honour which I still have difficulty believing,’’ the laureate recipient reacted in an email. ‘’It’s not that I lack confidence in the quality and value of my work, but rather because so many people are also doing remarkable work.’’

National range

Emond distinguished herself with the creation of a useful ‘’Welcome Kit’’ for aboriginal patients receiving a diabetes diagnosis or who are already in treatment. She supplies information in an appealing manner and comprises a variation of the system of the demise of glucides adapted to the Indigenous culture, indicates a letter of recommendation from Dr.Stewart Harris of the University of Western Ontario in London, Ontario. Baptized the ‘’Canoe System’’, the variation is adapted at the level of the literati of aboriginal users, notably from the Kateri Memorial Hospital.

‘’This approach, and the caring team of Kahnawake, arouses the interest of researchers and other First Nations from coast to coast,’’ Emond rejoices.

Her participation in research projects on the problem and in several panel discussions, including the Council of Experts variation on the aboriginal considerations for the revision of the Canadian Food  Guide, has also been retained.

Serious problem

With 12% of their community affected, the Mohawks of Kahnawake are twice more touched by diabetes than the population in general, informs Louise Potvin, chairperson of the Health Inequalities group at the University of Montreal and group researcher of interdisciplinary health research, quoted in a U of M Forum Express article.

‘’It’s a serious public health problem,’’ emphasizes the researcher in the report. Working in Kahnawake for 30 years now, Dr. Ann Macaulay affirmed to the Forum Express: ‘’Here, people die from heart attacks at the age of 50 because of diabetes. This is not acceptable in our era.’’

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de