Port du masque obligatoire : une décision prise trop tard

Claude Poirier
Port du masque obligatoire : une décision prise trop tard
(Photo : Denis Germain)

Le premier ministre du Québec François Legault a annoncé, il y a quelques jours, que le port du masque serait obligatoire dans les transports en commun à compter du 13 juillet. Il est trop tard. Ça fait des mois que cette décision aurait dû être prise.

De plus, il y aura une période de grâce de deux semaines pour permettre aux gens de s’acclimater à cette nouvelle consigne. Ça ne fait aucun sens, à mon avis. Doug Ford, premier ministre ontarien, a quant à lui obligé le port du masque dans les transports en commun et dans les magasins à grande surface depuis le début du mois de juillet. Notre gouvernement aurait dû faire de même.

Je n’ai jamais compris que, depuis le début de la pandémie, M. Legault et le directeur de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda, marchent sur des œufs à ce sujet. Je le disais à la fin mai dans ma chronique; le message aurait dû être clair bien avant. Le gouvernement a changé de discours trop souvent. Il ne voulait pas déplaire. Résultat: la population est confuse.

Plusieurs experts le disent, le masque est un moyen de protection pour soi, mais surtout pour les autres. C’est étonnant de voir que 50% des gens sont en désaccord, selon plusieurs sondages. Je comprends que certaines personnes aient des problèmes respiratoires, mais celles-ci n’ont qu’à ne pas fréquenter les endroits à risque si elles ne peuvent pas porter de couvre-visage.

Le 27 juillet, quand le masque sera vraiment obligatoire, qui fera respecter la consigne? Il n’y a pas de surveillance dans toutes les stations de métro. C’est impensable d’imaginer que les chauffeurs d’autobus auront cette responsabilité et qu’ils devront s’obstiner avec les usagers qui refusent de porter le masque. J’ai également de la difficulté à croire que la police s’en mêlera. Y’aura-t-il des agents responsables? On ne le sait pas.

Quoi qu’il en soit, j’ose espérer que les gens qui n’ont pas de couvre-visage se verront carrément refuser l’accès aux autobus ou au métro.

Je suis également renversé de constater que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’a pas pris ses responsabilités dans sa ville, où la pandémie a frappé le plus fort dans la province. Elle avait le pouvoir de le faire et l’opposition lui priait d’agir en ce sens. Elle s’en est lavé les mains et a laissé le gouvernement décider.

C’est bien beau de déconfiner, mais encore faut-il le faire de façon responsable en prenant des décisions en conséquence. Le premier ministre a failli à cette tâche.

10-4!

(Propos recueillis par Gravité Média)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de