Une première microbrasserie à Kahnawake

Par Valérie Lessard
Une première microbrasserie à Kahnawake
Trois des quatre fondateurs Glenn Delaronde, Fred Leblanc et Andrew Stevens. (Absent:Matthew Deer) (Photo : Le Soleil de Châteauguay-Valérie Lessard)

(English follows) Trois Mohawks et un Châteauguois ont récemment ouvert la première microbrasserie sur le territoire de Kahnawake. Les partenaires souhaitent que le Black Bridge Brewing Co forme un pont entre la communauté mohawk et les villes avoisinantes.

L’idée d’ouvrir une microbrasserie en sol autochtone est venue de Matthew Deer, Fred Leblanc et Glenn Delaronde, qui résident à Kahnawake. Pour fabriquer de la bière, ils avaient besoin d’un brasseur. Ils ont recruté le Châteauguois Andrew Stevens, qui a notamment été brasseur chez Les 3 Brasseurs à Montréal. «C’est le plus important puisque c’est lui qui fait la bière», rigole Fred Leblanc. C’est d’ailleurs une première dans l’histoire de Kahnawake et les fondateurs en sont fiers. «Ce dont je suis aussi fier, c’est que ce n’est pas juste (un projet) mohawk. Nous avons Andrew et sa femme. Ce n’est pas juste un lieu mohawk, c’est un lieu pour tout le monde», commente M. Leblanc. C’est également la première microbrasserie à ouvrir ses portes dans la région. Une deuxième ouvrira dans les prochaines semaines à Mercier.

La touche mohawk

Les partenaires tenaient à ce que leur établissement, situé tout près du pont Mercier, sur la route 138, ait une touche mohawk. Leur commerce a été baptisé Black Bridge, qui fait référence au pont ferroviaire situé à côté du pont Mercier. Cela se veut un hommage aux travailleurs de l’acier (ironworkers) qui constituent une fierté pour les Mohawks. Les robinets pour la bière en fut sont ornés d’outils utilisés par ces travailleurs en hauteur. «Les ironworkers travaillent souvent aux États-Unis la semaine et reviennent à Kahnawake voir leur famille la fin de semaine, raconte Andrew Stevens. Ils adorent notre concept.»

Ouvert à tous

Le brasseur a développé différents types de bières pour que tant les néophytes des bières artisanales que les adeptes y trouvent leur compte. «Quand je développe des bières, c’est divisé en trois catégories. Il y a les bières d’introduction pour les débutants, il y en a qui sont intéressantes pour les gens qui connaissent le milieu des microbrasseries et les beer geeks qui veut des affaires plus extrêmes», explique-t-il.

La clientèle visée compte évidemment la communauté mohawk, mais la microbrasserie souhaite également que les gens des environs viennent prendre un verre chez eux.

Ils ont remarqué qu’il y a une méconnaissance du territoire autochtone dans la population hors réserve. «Des gens nous ont écrit pour nous demander s’ils avaient le droit de venir s’ils ne sont pas autochtones, illustre Emilie Bourdages, conjointe d’Andrew Stevens. On veut briser ça.»

Le défi de la règlementation

Ouvrir une première microbrasserie en territoire s’est avéré être beaucoup de travail pour l’équipe du Black Bridge Brewing Co puisque la réglementation en cette matière était inexistante sur le territoire de Kahnawake. «Ça nous a pris un an pour obtenir les permis», raconte Fred Leblanc.

Au Québec, c’est la Régie des alcools, des courses et des jeux qui réglemente ce domaine et qui délivre les permis. Sur le territoire de la réserve, les lois provinciales ne sont pas appliquées. À Kahnawake, c’est l’organisme de contrôle Alcohol Beverages Control Board qui définit les règles et permis au sujet de l’alcool.  Le Black Bridge Brewing Co a travaillé en collaboration avec cette commission pour créer une règlementation sur les microbrasseries.

Ce permis est valide sur la réserve uniquement, ce qui veut dire que pour l’instant, les bières produites à Kahnawake ne peuvent pas être vendues hors réserve.

First microbrewery in Kahnawake

(Translation Dan Rosenburg)

Three Mohawks and a Chateauguay man recently opened the first microbrewery on the territory of Kahnawake. The partners are hoping that the Black Bridge Brewing Company will form a bridge between the Mohawk community and the neighbouring towns.

The idea of opening a microbrewery on aboriginal soil came from Matthew Deer, Fred Leblanc and Glenn Delaronde, who reside in Kahnawake. To manufacture beer, they needed a brewer. They recruited Chateauguay resident Andrew Stevens, who was notably a brewer at Les 3 Brasseurs in Montreal. ‘’That’s the most important factor since he’s the one who makes the beer,’’ Leblanc laughed.

Moreover, it’s a first in the history of Kahnawake and the founders are very proud of it.  ‘’What I’m proud of is that it’s not just Ma ohawks. We have Andrew and his wife. It’s not just a Mohawk place. It’s everybody’s place,’’ Leblanc observed. It’s also the first microbrewery to open its doors in the region. A second will open in Mercier in the coming weeks.

The Mohawk touch

The partners insisted that their establishment, located close to the Mercier Bridge, on Route 138, have a Mohawk touch. Their enterprise was baptised Black Bridge, which refers to the iron structure situated beside the Mercier Bridge. That would be a tribute to ironworkers who constitute a source of pride for the Mohawks. The beer faucets of wood are decorated with tools used overhead by these workers. ‘’The ironworkers often toil in the United States during the week and return to Kahnawake to see their family on weekends,’’ Stevens explained. ‘’They enjoy our concept.’’

Open to all

The brewer developed different types of beer so that neophytes of small-scale production beers, as well as those adept at it, find their favourite kind there. ‘’When I develop beers, they are divided into three categories. There are introductory beers for beginners, there are some that are interesting for people who are acquainted with the microbreweries milieu, and there are those for the beer geeks, who want more extreme products,’’ he explains.

The clientele targeted evidently includes the Mohawk community, but the microbrewery also wish that other people from the area come and hoist a glass at their facility.

They noticed that there is a misreading of the aboriginal territory among the off-reserve population. ‘’Some people wrote us to ask us if they had the right to come if they are not natives,’’ notes Stevens’ wife, Emilie Bourdages. ‘’We want to end that thinking.’’

Challenge of regulations

To open a first microbrewery on aboriginal territory turned out to be a lot of work for the Black Bridge Brewing Company team since regulations on this matter were non-existent on Kahnawake land. ‘’It took us a year to obtain the permits,’’ Leblanc informs.

In Quebec, it’s the Alcohol, Racing and Games Board which regulates this domain and delivers the permits. On the reserve’s territory, the provincial laws are not applied. In Kahnawake, it’s the Alcohol Beverages Control Board control group that defines the rules and permits on the subject of alcohol. The Black Bridge Brewing Company worked in conjunction with this commission to create a regulation on microbreweries.

This permit is uniquely valid on the reserve , which means that for now, the beers produced in Kahnawake cannot be sold outside the reserve.

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Elliott & VickyClaudette71 BlackburnSylvie BeaunoyerEve & Dominc Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Eve & Dominc
Guest
Eve & Dominc

Génial ! Bonne idée ! Le Marché Houblonné de Plessisville vous souhaite que le meilleur de ce monde et une tonne de visiteur de partout !

Sylvie Beaunoyer
Guest
Sylvie Beaunoyer

Est ce qu’il sera possible d’y prendre un bon repas sous peu accord mets bieres.

Claudette71 Blackburn
Guest
Claudette71 Blackburn

Cela dit que se sera interessant pour faire un bon lien avec nos cousins du sud ainsi que d’attirer plus de visiteurs voyageurs qui donnera de nouvelles possibilités d’expansion dans d’autres domaines et une nouvelle explosion economique pour nos Kahnawaquiens. De la creation d’emploie pour eux, des formations et nouveaux métiers qui grandira la scholarisation et l’autonomie et nouvelle fierté personnelle. Aussi un autre aspect, l’art et spectacle de nos amis autochtones qui sont pleins de talents dans tous les domaines. Nous pourrons venir les voir plutôt que de s’accocher a nos tablettes électrochocs pour jouir de leurs talents. La… Lire la suite »

Elliott & Vicky
Guest
Elliott & Vicky

Hope to visit from Chateauguay next door and hoist a beer or two with you! Cheers and best of luck. 🙂