Actualités

Reprendre le contrôle de sa vie, un pas à la fois

lundi le 22 octobre 2018
Modifié à 15 h 56 min le 22 octobre 2018
Par Marie-Josée Bétournay

mjbetournay@gravitemedia.com

Simon Martin, un résident de Beauharnois dont la mobilité est réduite, a fait l’essai d’un appareil d’assistance à la marche motorisé le jeudi 27 septembre à Montréal. «C’est reprendre le contrôle de sa vie, un pas à la fois», écrit-il sur le compte Facebook de Mon combat contre la Lyme-Simon Martin. M. Martin souffre de fibromyalgie, du syndrome d’Ehlers-Danlos et de la maladie de Lyme chronique. Ces maladies nuisent à ses déplacements en raison d’atteintes neurologiques, de raideurs et de la fatigue musculaire, soutient-il. À la suite d’un examen, les capacités de marche de Simon Martin étaient estimées à quatre minutes l’hiver dernier. «Mon état est pire maintenant», indique-t-il. Le 27 septembre, pendant 1 h 30, Simon Martin s’est livré à une série de mouvements quotidiens, avec l’aide de l’appareil d’assistance Keeogo, pensé par une firme de Saint-Augustin-de-Desmaures au Québec. «Il fallait monter et descendre les marches, se pencher et se relever, s’accroupir et se relever, s’assoir et se relever», dit-il. M. Martin est sorti enchanté de son expérience. L’homme dit avoir marché longtemps, sans douleurs musculaires et articulaires. «Mes muscles et mes articulations ne forcent pas et sont bien dirigés et soutenus. Si on oublie le côté financier, j’en aurais déjà un chez moi afin de pouvoir recommencer à bouger et être plus actif», souligne-t-il. Le coût de l’appareil d’assistance à la marche motorisé s’élève à 39 000 $, écrit Keeogo sur son site Internet.