Salaberry orpheline de sénateur

Par Éric Tremblay
Salaberry orpheline de sénateur
(Photo : Journal Saint-François - Archives Pierre Langevin))

Pendant que la région menait Claude DeBellefeuille au pouvoir lundi soir, Salaberry perdait une de ses figures politiques. Le sénateur non affilié André Pratte quittait son poste trois ans et demi après y avoir été nommé par Justin Trudeau.

L’ancien éditorialiste en chef de La Presse a fait couler l’information sur les réseaux sociaux à 21 h 30, soit à la fermeture des bureaux de scrutin. «Dans tout cheminement professionnel, il peut venir un temps où l’on constate que l’on n’a pas les aptitudes et la motivation nécessaires pour accomplir la tâche qu’on nous a confiée, a-t-il laissé entendre dans sa lettre de démission. Après trois ans et demi au Sénat du Canada, telle est la conclusion à laquelle j’en arrive. »

Il a témoigné son admiration pour ses collègues de la chambre haute et le personnel du Sénat. Des gens compétents et dévoués qui ne méritent pas, dit-il, le jugement sévère porté par de nombreux Canadiens sur cette institution.

M. Pratte termine en exprimant son souhait que la modernisation du Sénat se poursuive afin d’en améliorer son efficacité réduire la discipline du parti.

L’ex-sénateur a indiqué vouloir soumettre ses services comme consultant politique. Il a également indiqué son retour aux études, pour compléter son MBA dans une université américaine.

Dans la région, André Pratte avait été nommé invité de marque du 4e Salon Espace Livres du MUSO en avril 2018. L’événement avait cependant été annulé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de