Shayne Renaud défie les pistes glacées à travers le monde

Par Simon Deschamps
Shayne Renaud défie les pistes glacées à travers le monde
Une épreuve de Red Bull Crashed Ice à Saint Paul, Minnesota le 20 janvier 2018, dans laquelle a participé Shayne Renaud. (Photo : Ryan Taylor/ Red Bull Content Pool)

Le Châteauguois Shayne Renaud participe aux courses de patinage extrême du Red Bull Crashed Ice depuis sept ans. À plus de 50 km/h, il dévale des pentes glacées remplies d’obstacles à travers le monde. 

« Je suis allé au Minnesota quatre fois, en Finlande cinq ou six fois, en France, en Russie, en Suisse, en Autriche en Allemagne et à beaucoup d’autres places », énumère l’athlète de 28 ans. 

Le Châteauguois sera de l’épreuve à Jyväskylä en Finlande le 2 février, en plus de celle au stade du Fenway Park de Boston les 8 et 9 février. Au mois de décembre, il était à Yokohama au Japon. 

Shayne Renaud participe à des courses de Red Bull Crashed Ice depuis 2012. On le voit ici lors d’une épreuve à Edmonton. (Photo: Joerg Mitter / Red Bull Content Pool)

Sport extrême 

Ancien joueur de hockey de niveau junior AAA, ayant notamment évolué pour les Braves de Valleyfield, le patineur a été invité à participer à une épreuve de sélection. Son père l’avait inscrit. 

Ses performances lui ont permis de prendre part à l’épreuve dans les rues du Vieux-Québec en 2012. Il a participé à cette seule épreuve cette année-là ainsi que l’année suivante Depuis 2014, il fait toutes les courses sur le circuit du Red Bull Crashed Ice. Depuis sept ans, il a 36 courses sous la ceinture. 

Shayne Renaud aime les sensations fortes que lui procure son sport. Pendant une course en Allemagne, il y a quelques années, les patineurs ont atteint une vitesse de 82 km/h.  

« C’est fou. C’est du patinage avec des obstacles en descente. Tu ne peux pas pratiquer ça nulle part. La vitesse à laquelle tu vas, c’est nerve-racking. C’est vraiment le fun », lance-t-il. « C’est vraiment plus dur que ça en a l’air à la télévision. La première année, je pensais que parce que je suis un bon joueur de hockey je peux juste rentrer dans la course et que ce serait facile. » 

Pour réussir dans ce sport et ne pas tomber en franchissant un obstacle, Shayne explique qu’il faut garder son centre de gravité le plus bas possible. 

Les blessures font partie du sport, et Shayne n’y a pas échappé. Il a subi une commotion cérébrale en plus de quelques blessures mineures aux genoux.   

Entraînement à l’année 

Alors que tous les concurrents s’améliorent année après année, Shayne s’entraîne plusieurs fois par semaine pendant toute l’année. 

Il va au gym quatre à cinq fois par semaine, il s’entraîne en patin à roues alignées dans les modules du skate park du TAZ. En hiver, il joue au hockey pour deux équipes. Il va également patiner sur l’anneau de glace du parc Billings. Il s’est même construit un petit circuit glacé dans sa cour arrière. L’été, il joue au hockey cosom pour garder un bon cardio.  

Afin de vivre sa passion à fond, il peut compter sur l’appui de plusieurs commanditaires de la région qui l’aident à défrayer les coûts de ses participations aux courses extrêmes sur glace, dont celles du Red Bull Crashed Ice.  

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de