Six questions sur la collecte de matières organiques

Par Valérie Lessard
Six questions sur la collecte de matières organiques
Nicolas Chaput, directeur du service de gestion des matières résiduelles de la MRC Roussillon. (Photo : Gracieuseté MRC Roussillon)

(English follows) À quelques semaines de la première collecte des matières organiques dans la région, Le Soleil de Châteauguay s’est entretenu avec Nicolas Chaput, directeur du service de gestion des matières résiduelles de la MRC Roussillon, pour apprendre à connaître Brutus, ce fameux bac brun.

Q    Quelles sont les principales préoccupations des citoyens par rapport à cette nouvelle collecte ?

R     On se fait souvent demander : pourquoi on fait ça ? Pourquoi on distribue 50 000 bacs bruns ? On doit rappeler aux citoyens que le but est de réduire les émissions de gaz à effet de serre, dont une grande partie est causée par l’enfouissement des matières résiduelles. Dans ces matières résiduelles, les matières organiques qui se putréfient en absence d’oxygène sont la principale cause d’émission de gaz à effet de serre. Quand on détourne les matières organiques vers une plateforme de compostage, il n’y a pas de gaz nocifs qui sont émis.

Q    Pourquoi avoir choisi un aussi gros bac (240 litres ) ?

R     Je sais que certaines villes, dont Montréal et Vaudreuil-Dorion, ont opté pour des bacs de plus petite taille. La raison principale est qu’on voulait que les gens puissent y mettre les résidus verts (gazon, feuilles, mortes, etc) ce qui n’est pas permis dans de plus petits bacs. Un bac de 240 litres est aussi plus stable, plus durable et permet la collecte automatisée.

Q    Comment diminuer le risque d’odeurs et d’insectes dans notre bac ?

R     C’est sûr qu’il y aura certaines périodes charnières, notamment l’été, lors des grandes chaleurs, où le risque est plus élevé. Il y a certaines choses qu’on peut faire comme, par exemple, envelopper nos matières dans du papier journal. Un poulet, il pue autant que tu le mettes dans la poubelle ou dans le bac brun. On recommande de mettre la viande et le poisson dans le congélateur et de les sortir au moment de la collecte. Vous pouvez aussi mettre les papiers mouchoirs, cartons souillés dans le bac. Ça absorbe une partie des liquides et limite la propagation (des insectes).

Q    Que faire pour éliminer les insectes qui réussissent à se multiplier dans le bac ?

R     C’est parfois du cas par cas et de l’essai-erreur. Vous pouvez mettre du sel ou du bicarbonate de soude, du vinaigre, du carton et ça devrait bien fonctionner. L’important aussi est de s’assurer de mettre son bac au chemin pour que le contenu soit ramassé. C’est aussi important de ne pas commencer à mettre des matières dans le bac avant le début de la collecte.

Q    Où seront envoyées les matières organiques ?

    Nous ferons affaire avec deux sites de plateforme de compostage où elles seront traitées par compostage en piles. Un à Lachute et un à Bury, en Estrie.

Q    Les citoyens auront-ils accès au compost ?

R     À partir de 2020, chacune des municipalités participantes à la collecte pourra recevoir du compost. Ce sont les Villes qui décideront comment elles l’utiliseront.

Séances d’information à venir sur la nouvelle collecte

Châteauguay :19 septembre, à 14 h et 19 h 30 au 15, boulevard Maple

Mercier : 26 septembre,  à 19 h au 730 boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Saint-Constant : 22 septembre, à 10 h au 110 rue Saint-Pierre

Candiac : 23 septembre, à 19 h 30 au 135 chemin Haendel (sera aussi webdiffusé)

La MRC de Roussillon explique dans cette vidéo comment faire un baluchon de papier avec le Soleil de Châteauguay. Il est évidemment recommandé de lire le journal avant de le transformer en baluchon.

 

Six questions about the collection of organic materials

A few weeks before the first collection of organic materials in the region, Le Soleil de Chateauguay met with Nicolas Chaput, director of the service of residual materials for the Roussillon MRC, to learn how to become acquainted with Brutus, this remarkable brown bin.

Q   What are the main preoccupations of citizens regarding this new collection?

A    We are often asked why we are doing this. Why are we distributing 50,000 brown bins? We must remind citizens that the goal is to reduce greenhouse gas emissions, a large part of which is caused by the burial of residual materials. In these residual materials, the organic matter which goes rotten in the absence of oxygen is the main cause of greenhouse gas emissions. When one reroutes the organic materials towards a composting platform, no harmful gas is emitted.

Q    Why was such a large bin (240 litres) chosen?

A     I know that certain cities, such as Montreal and Vaudreuil-Dorion, opted for smaller bins. The main reason is that we wanted the people to also be able to put their green residue (grass, dead leaves, etc.) there, which is not permitted in the smaller bins. A 240-litre bin is also more stable, more durable and enables automated collection.

Q   How can the risk of odours and insects be diminished in our bin?

A  It is certain that there will be certain transition periods, notably in the summer, in intense heat, where the risk is higher. There are certain things we can do, for example, wrap our materials in a newspaper. A chicken smells as much whether you put it in a garbage can or in the brown bin. We recommend putting meat and fish in the freezer and taking them out at the time of the collection. You can also put paper tissues or soiled cardboard in the bin. That absorbs part of the liquids and limits the spreading (of insects).

Q  What can be done to eliminate the insects that succeed in multiplying in the bin?

A  It is sometimes case by case and by trial-and-error. You can put down salt or bicarbonate of soda, vinegar or cardboard and it will work well. The important thing too is to assure oneself of putting the bin on the road so that the container will be collected. It is also important not to start putting the materials in the bin before the start of the collection.

Q  Where will the organic materials be sent?

A  We will be doing business with two composting platform sites where they will be treated in compost piles. There is one site in Lachute and another at Bury in Estrie.

Q Will the citizens have access to the compost?

A  Beginning in 2020, each of the municipalities participating in the collection will receive compost. The cities will decide how they will use it.

Information session

Châteauguay :september 19th, at 2 pm and 7:30 pm. 15, Maple boulevard

Mercier : september 26th, at 7 pm,   730  Saint-Jean-Baptiste boulevard

(Translation Dan Rosenburg)

 

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Valérie LessardMarcel Laliberte Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Marcel Laliberte
Guest
Marcel Laliberte

Peut on utiliser les petits sacs brun consu pour les déchets domestiques.Merci

trackback

[…] Six questions sur la collecte de matières organiques […]

trackback

[…] Six questions sur la collecte de matières organiques […]