Un cochon comme animal de compagnie

Par Valérie Lessard
Un cochon comme animal de compagnie
Émilie Hébert a adopté Charlotte le cochon miniature en avril dernier

Tous les jours, la Châteauguoise Émilie Hébert nourrit Charlotte. Elle s’amuse avec elle, prend des marches, la cajole et prend soin d’elle. Quand Charlotte est de bonne humeur, elle branle la queue…et grogne. C’est normal, Charlotte est un cochon!

Émilie et Charlotte passent difficilement inaperçues dans les rues de Châteauguay. Un petit cochon qui se dandine au bout d’une laisse n’est pas coutume. La jeune femme caressait le rêve d’avoir un cochon domestique depuis sa tendre enfance. «Mes grands-parents avaient une porcherie quand j’étais petite et j’adorais aller voir les petits cochons, se souvient-elle. J’ai toujours dit que je voulais avoir un petit cochon.» Elle n’était pas convaincue que c’était vraiment possible d’avoir ce genre d’animal à la maison. Jusqu’au jour où sa marraine a trouvé un éleveur de microcochons et lui a annoncé qu’elle souhaitait lui en offrir un!

Charlotte appartient à la plus petite race de cochon qui existe. Lorsqu’elle atteindra sa taille adulte, elle mesurera entre 35 et 40 cm et pèsera entre 15 et 30 kilos.

De nombreux soins à prodiguer

Avant l’arrivée de Charlotte à Châteauguay, Émilie Hébert a  beaucoup lu sur le cochon domestique et s’est rapidement rendu compte que prendre soin de cet animal serait exigeant. «Ce n’est pas fait pour tout le monde, il faut que les gens sachent ce dans quoi ils s’embarquent s’ils veulent avoir un cochon», explique celle qui est allée chercher son porcelet chez un éleveur au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle doit la nourrir avec de la moulée, mais aussi des fruits et des légumes, du jus de canneberge pour prévenir les infections urinaires et lui donner certaines vitamines. Avant de sortir dehors, les journées ensoleillées, il est important de mettre de la crème solaire à l’animal. Le cochon a besoin d’affection et d’attention de la part de son maître sans quoi il s’ennuiera.

Dans la maison de la Châteauguoise, une pièce de la maison est consacrée à l’enclos de Charlotte. On y retrouve son lit (une vieille douillette qui forme un tas), sa litière (le cochon est un animal propre) et surtout beaucoup de jouets pour bambins, ceux qui font de la musique et de la lumière. «Il faut qu’elle puisse jouer pendant la journée. Parfois on écoute la télé dans le salon et tout d’un coup on entend le jouet. Elle joue vraiment avec!» raconte Émilie Hébert. Pour stimuler Charlotte, Émilie cache des gâteries dans le bac de jouets. Pendant la journée, l’animal s’amusera à fouir avec son groin (traduction : fouiller avec son museau), jusqu’à ce qu’elle trouve l’objet désiré.   

La fameuse tête de cochon

L’expression tête de cochon pour qualifier quelqu’un de têtu n’a pas été inventée sans raison. La Châteauguoise l’a rapidement appris. « Quand je prends une marche avec Charlotte, elle veut toujours passer par le même chemin. Si je décide d’aller ailleurs. Elle s’arrêtera. C’est très difficile de la faire changer d’idée», raconte-t-elle. Selon l’Association canadienne des médecins vétérinaires, le cochon domestique est un animal d’une grande intelligence et de nature enjouée. Il peut aussi être têtu et manipulateur, d’où l’importance de le dresser dès son jeune âge.

Se promener en ville avec un cochon n’est pas de tout repos et pas seulement à cause de l’animal, confie Mme Hébert. La présence de Charlotte suscite beaucoup de curiosité. «Faut que tu sois sociable. Les gens t’arrêtent souvent, veulent prendre des photos et te posent des questions.»

Pour ceux qui se posent la question : non elle ne mangera pas Charlotte et oui, elle continue de manger du porc, bien qu’elle trouve cela de plus en plus difficile. Et non, ça ne pue pas.

Pas permis dans toutes les villes

Avant d’adopter un cochon domestique, il est important de s’informer de la réglementation en vigueur. À Châteauguay, le règlement stipule que «les animaux de ferme de même que les animaux sauvages sont interdits dans une unité d’habitation». Le département d’urbanisme et des permis nous a toutefois spécifié que le microcochon était toléré dans la Ville puisqu’il est utilisé spécifiquement comme animal domestique.

 

Le microcochon en chiffres

10-15 ans:Espérance de vie

3 ans:Âge auquel l’animal atteindra sa taille adulte

40 cm:Grandeur que peut atteindre le cochon

30 kilos:Le poids adulte varie de 15 à 30 kilos

500-2000 $:Le coût d’un microcochon provenant d’un éleveur fiable. Le prix varie selon la race, la couleur et la grosseur.

Le cochon miniature n’est pas ce qu’on appelle un cochon vietnamien. En raison de sa génétique particulière, il n’atteindra pas un poids et une taille aussi grande qu’un cochon vietnamien.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires