Une école : 66 pays

Par Patricia Blackburn
Une école : 66 pays
Kenza Ouibrahim, , dont les parents sont originaires d’Algérie, Servi Kuzwa, originaire du Rwanda, Émile Bourelle, du Canada, et Charles Zanga, originaire du Cameroun. (Photo : Patricia Blackburn)

Comme la plupart des écoles de Châteauguay, l’école Gérin-Lajoie, qui deviendra la plus grosse école primaire de la ville en septembre prochain, se démarque par une étonnante diversité culturelle sur ses bancs. C’est un peu plus de la moitié de ses élèves (54%) qui ont des racines autres que canadiennes.

Mylène Caouette et Janel Picard, enseignantes responsables du comité culturel de l’école, ont voulu mettre en valeur cette diversité à travers un projet artistique «rassembleur». Une première expérience du genre pour l’établissement. «On a commencé par un sondage pour connaitre les pays d’origine de nos élèves et de leurs parents (1ere et 2e génération). Nous avons dénombré 66 pays, ce qui représente environ 34 % des pays de la planète!» s’exclament-elles.

Elles ont par la suite choisi les 19 pays les plus représentatifs de l’école, et chaque classe, de la maternelle à la 6e année, s’est vu confier la mission de créer une toile symbolisant l’un de ces pays.

Le fruit de leur travail a été dévoilé le 13 juin aux parents et aux élèves. Les tableaux seront ensuite affichés dans l’école, «parce que la diversité fait partie de nous», spécifie la directrice de l’établissement, Valérie Gagné.

De la Turquie au Rwanda : la fierté de parler de ses origines

Kenza Ouibrahim, dont les parents sont originaires d’Algérie, Servi Kuzwa, originaire du Rwanda, Charles Zanga, originaire du Cameroun, et Émile Bourrelle, du Canada, ont passé les derniers mois à faire des recherches pour créer une toile représentative du Rwanda, avec les autres élèves de la classe de 6e année de l’enseignant Enrico Nino.

«Je pense que c’est bien que les gens pensent un p’tit peu à nous» -Kenza Ouibrahim, dont les parents sont originaires d’Algérie

Le jeune Servi Kurza, dont les parents rwandais ont immigré au Canada alors qu’il avait 4 ans, explique la composition de l’œuvre avec grande fierté. «Je trouve que c’est une bonne façon de faire connaitre le pays à ceux qui ne le connaissent pas», dit-il. Même lui, qui a peu de souvenirs du Rwanda, a pu en apprendre un peu plus. En découvrant notamment le chanteur Corneille, lequel «a su transmettre la vie de là-bas à travers ses chansons», explique-t-il.

Un peu plus loin, Mehmet-Ali Akdemiz, élève de 6e année, interpelait ceux qui passaient pour leur parler de la toile réalisée par sa classe, représentant la Turquie. Pour lui, cette activité est une manière extraordinaire de parler de ses racines. «Quand on joue dans la cour, on ne parle jamais de ces choses-là», confie le jeune homme, dont les parents, kurdes, vivaient en Turquie avant de s’établir au Canada.

«En effet, dans la cour, ce sont tous des petits Québécois, et on ne remarque pas de différences», confirment les deux responsables du comité culturel.

L’exception Châteauguay

Sur le territoire de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (CSDGS), cette diversité est de plus en plus présente dans la majorité des écoles. Mais c’est dans les écoles de Châteauguay où elle est la plus marquée, confirme Marie-Louise Kerneïs, présidente de la CSDGS. «Châteauguay a toujours été un peu à part. Il y a toujours eu une grande diversité, avec depuis longtemps la présence d’anglophones, de francophones et d’autochtones, fait-elle remarquer. Ce qui fait que les enseignants et directeurs ont déjà un savoir-faire en matière de diversité et d’inclusion» ajoute-t-elle.

Directrice de l’école Gérin-Lajoie, Valérie Gagné croit que le principal défi est d’être capable d’intégrer les immigrants dans la culture québécoise tout en s’adaptant à leur réalité, notamment à leur «réalité scolaire avant d’arriver au Québec». «Il faut montrer qu’on est ouvert et qu’on les supporte, dit-elle. Une fois qu’on a réussi ça, et que l’apprentissage du français se passe bien, ça devient une grande richesse pour tout le monde.»

La CSDGS met aussi plusieurs ressources à la disposition des écoles. Outre les classes de francisation, un agent de liaison et de développement, embauché il y a deux ans, permet de faire le lien entre les familles immigrantes et les autres services, comme le CLSC. La CSDGS dit aussi s’inspirer des méthodes gagnantes déployées dans d’autres écoles, notamment celles de Montréal.

 

 

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Pierre Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Pierre
Guest
Pierre

Félicitations , excellente initiative des membres du comité culturel. Bravo aux élèves, Belle démonstration de leurs talents.

trackback

[…] voulais vous féliciter du bel article ayant pour titre «Des œuvres d’art pour rassembler 66 pays»  concernant l’école Gérin-Lajoie, publié le 19 juin dernier. Il est très intéressant de […]