Opinion

Une meilleure rémunération des juges attirera de meilleurs candidats

jeudi le 21 octobre 2021
Modifié à 0 h 00 min le 22 octobre 2021
Par Claude Poirier

(Propos recueillis par Gravité Média)

Il y a quelques jours, un rapport concernant la rémunération des juges de la Cour du Québec et des cours municipales a été déposé. Ce dernier recommande une hausse de leur salaire de 22 à 50%. 

Pour le simple citoyen, il peut paraître épouvantable que de telles augmentations soient suggérées. La personne qui gagne 50 000$ par année lit qu’une autre pourrait gagner plus de 300 000$ grâce à une hausse de salaire. 

Il faut toutefois se rappeler que le Québec est en retard à ce chapitre – et je précise le Québec –, puisqu’il existe une grande différence de salaire avec les juges de la Cour supérieure nommés par le fédéral. 

Il y a eu des avancées au cours des dernières années, notamment grâce à la réforme entreprise par René Lévesque lorsqu’il est devenu premier ministre du Québec en 1976. Il ne faut pas généraliser, mais combien de juges de longue date portent aujourd’hui une soutane rouge et noire parce qu’ils avaient des amis au sein des partis politiques? Heureusement, des changements ont été apportés, et il est maintenant obligatoire d’avoir au moins 10 ans de pratique comme avocat avant de pouvoir être nommé juge. 

Ce que j’apprécie aussi, c’est que ce ne sont plus seulement des procureurs de la Couronne qui sont promus à ce poste, mais aussi des avocats de cabinet privé, dont des criminalistes, par exemple, qui ont les qualités nécessaires pour bien s’acquitter de leur travail. 

J’estime que si nous voulons un système de justice éclairé et sans embûches, il faut attirer des candidats valables, et ça passe par le salaire. Je sais que des avocats empochent plus d’un demi-million de dollars par année pour leurs services, mais ce n’est pas la majorité. En 2015, un sondage auprès des membres du Barreau rapportait que 50% des avocats travailleurs autonomes gagnaient 50 000$ ou moins. 

Il ne faut pas oublier qu’un juge exerce de grandes responsabilités face à la société. Je me souviens avoir demandé au juge Dutil, qui présidait la Commission d’enquête sur le crime organisé dans les années 70, comment il procédait pour imposer une sentence. Il m’avait répondu que ce que le public ignorait, c’est que les juges doivent écouter des heures de notes sténographiques et de plaidoiries des deux parties, alors qu’ils sont seuls avec leur conscience. «N’oublions pas qu’on retire la liberté à un individu, mon cher Claude!» m’avait-il dit. 

Ainsi, pour que des candidats intègres et compétents postulent, je pense qu’il faut que leur rémunération soit augmentée, même si je sais que cela peut choquer une partie de l’auditoire. 

10-4!
 

 

 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous