Une rentrée mouvementée à l’école Billings

Par Valérie Lessard
Une rentrée mouvementée à l’école Billings
L'école secondaire Howard S. Billings à Châteauguay. (Photo : Valérie Lessard)

(English follows) Personnel de direction en congé de maladie, classes bondées: la rentrée scolaire n’est pas de tout repos cette année pour les enseignants de l’école secondaire Howard S. Billings à Châteauguay. La commission scolaire New Frontiers informe qu’il y a toujours des ajustements en début d’année et que celle-ci doit composer avec un budget plus restreint.

«Les élèves sont rentrés seulement la semaine dernière et je suis épuisée comme si ça faisait deux mois qu’ils étaient là», confie une enseignante qui ne veut pas être identifiée. Cette dernière, qui compte plusieurs années de service à Billings, dit n’avoir jamais vu «un tel bordel». «Les classes sont vraiment grosses. Une collègue a 40 élèves, ce n’est pas humain autant pour les élèves que les profs», déplore-t-elle. Elle évoque que l’école compterait huit enseignants de moins cette année. «C’est tellement désorganisé», critique-t-elle.

La professeure ajoute que le directeur de l’école est parti en congé de maladie. Les postes de direction ont dû être comblés à la dernière minute.

Des ajustements normaux selon la Commission scolaire

Questionnés sur cette situation, le directeur général de la Commission scolaire New Frontiers Rob Buttars confirme qu’il y a une classe de 40 étudiants présentement et que d’autres débordent. «L’administration de l’école continue de travailler fort pour voir quels changements peuvent être faits pour réduire les classes en surnombre», mentionne-t-il.

Le nombre d’élèves maximum permis par classe est de 28 en secondaire 1, 29 en secondaire 2 et de 32 pour les niveaux 3, 4 et 5.

Selon M. Buttars, des ajustements de classe doivent être faits après chaque début d’année. «On doit attendre après le 30 septembre (date limite des inscriptions). En fonction du nombre d’inscriptions, le ministère de l’Éducation pourrait nous permettre d’avoir plus de ressources», explique-t-il.

Le directeur indique que Billings compte trois enseignants de moins que l’an dernier. Le nombre d’enseignants attribué à l’école dépend du nombre d’élèves et du budget. Un professeur a été ajouté cette semaine pour permettre la réouverture d’un programme dont la fermeture avait fait les manchettes (voir autre texte).

Les ressources financières demeurent restreintes car la Commission scolaire New Frontiers a dû réduire son budget de 2, 5 M$ pour l’année scolaire qui vient de commencer. Cette décision a été prise dans le cadre d’un plan de redressement financier imposé par le ministère de l’Éducation.  L’équivalent de 21 postes en administration, cols bleus, cols blancs et niveau professionnels a été aboli dans l’ensemble de la commission scolaire.

Le syndicat des enseignants n’est pas inquiet

Le président de l’Association des enseignants de la Vallée de Châteauguay, Nick Ross, est aussi d’avis qu’il s’agit d’une période d’ajustement typique de début d’année et la situation devrait se résorber. Il dit toutefois comprendre que des enseignants se sentent déstabilisés par la situation et le récent départ en congé de maladie du directeur. «C’est sûr que c’est stressant», souligne-t-il.

M. Buttars dit ne pas pouvoir commenter le départ en congé de maladie, mais assure que l’école «peut compter sur une équipe administrative d’expérience».

Turbulent back-to-school period at Billings

With management personnel on sick leave, and crammed classes, the back-to-school period was not at all restful this year for the teachers at Howard S. Billings High School in Chateauguay. The New Frontiers School Board informs that there are always adjustments at the beginning of the school year and that this one must deal with a restrained budget.

« The students only returned last week and I am exhausted as if it`s been two months since they were there,« confided one teacher who did not wish to be identified. The latter, who counts several years of service at Billings, says she has never seen « such a disorderly place. « The classes are really huge. One colleague has 40 students, it`s not humane, either for the students or the teachers,« she deplores. She evokes that the school would number eight fewer teachers this year. « It`s so disorganized,« she criticizes.

The teacher adds that the school principal has left on sick leave. The management posts had to be filled at the last minute.

Some adjustments are normal according to the School Board

Questioned about this situation, the director general of the New Frontiers School Board, Rob Buttars, confirms that there is currently one class of 40 students and that others are overflowing. « The school’s administration is continuing to work diligently to see what changes can be done to alleviate any oversized classes« he informed.

The maximum number of pupils permitted per class is 28 in Secondary I, 29 in Secondary 2 and 32 at the Secondary 3, 4 and 5 levels.

According to Buttars, class adjustments must be made after each debut of the school year. « We must wait until after September 30 (the registration deadline). As far as the number of enrollments are concerned, the Education Ministry could allow us to have more resources,« he explains.

The d.g. indicates that Billings has three teachers less than last year. The number of teachers assigned to a school depends on the number of pupils and the budget. A teacher has been added this week to enable the reopening of a program whose closing had made the headlines (see other story).

The financial resources remain restricted, because the NFSB had to reduce its budget from $2.5 million this school year which has just started. This decision was taken in the framework of a financial rectification plan imposed by the Education Ministry. The equivalent of 21 jobs in administration, blue collars and the professional level have been abolished in the school board as a whole.

The teachers`union is not worried

Nick Ross, the president of the Chateauguay Valley Teachers Association, is also of the opinion that this consists of a period of adjustment typical of the start of the year and that the situation will have to be gradually reduced. However, he says he understands that the teachers feel destabilized by the situation and the recent derparture on sick leave of the principal. « For sure it`s stressful,« Ross emphasized. Buttars says he is not able to comment on the principal`s departure on sick leave, but assures that the school « can count on an experienced administrative team.« (translation Dan Rosenburg)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de