Urgences à 191 % : occupés à faire baisser la pression sur les infirmières

Par Michel Thibault
Urgences à 191 %  : occupés à faire baisser la pression sur les infirmières
L'hôpital Anna-Laberge à Châteauguay (Photo : Archives)

Les urgences de l’hôpital Anna-Laberge fonctionnent à 191 % de leur capacité ce mercredi. Le changement de quart s’est avéré difficile cet après-midi en raison d’un manque d’effectifs. La direction assure mettre tout en oeuvre pour réduire la pression sur le personnel, particulièrement les infirmières. 

À leur arrivée, à 15h, les infirmières et infirmières auxiliaires de soir ont tenu un «sit-in», une réunion pour trouver une solution au problème, a expliqué au Soleil de Châteauguay, Marie-Josée Roussel, représentante syndicale mission hôpital. «Il nous manque trois ou quatre infirmières pour couvrir les patients. On s’est réunies dans la salle de repos pour mettre des idées sur papier pour que le patronat puisse aider», a-t-elle fait part.

12 infirmières sont rentrées au travail, une déjà en poste s’est vue imposer du temps supplémentaire et une autre a accepté volontairement de rester, a-t-elle détaillé. L’équipe est donc de 14.  Du côté des patients, il y en avait 61 sur civière à 15h28, selon Index-santé.ca, alors que la capacité de l’hôpital est de 32.

Selon elle, la direction envisageait une solution que les infirmières désapprouvent. «Il a été question du côté du patronat de faire de la rétention d’ambulance, c’est-à-dire que nous ne prendrions pas en charge le patient à son arrivée. Il resterait sous la garde des ambulanciers. Ce n’est pas sécuritaire. Ce sont des patients vulnérables. Combien restera-t-il d’ambulances sur la route ?» a affirmé Marie-Josée Roussel.

Détourner les ambulances ne paraît pas envisageable puisque l’achalandage est «très élevé» ce mercredi dans toutes les urgences de la Montérégie. Les taux d’occupation sont de 163 % à l’hôpital du Suroît, 160 % à Barrie Memorial et 146 % à Pierre-Boucher.

«En mode solution»

Porte-parole du CISSSMO, Jade St-Jean fait valoir que la direction essaie de prévoir le mieux possible les besoins d’effectifs mais que l’achalandage s’avère exceptionnel et que les ressources sont limitées. «En ce moment, tout est mis en place pour réduire la pression sur les urgences. Toutes les équipes sont en mode solution. On travaille d’arrache-pied», a-t-elle assuré en entrevue vers 17h15. Entre autres, des patients sont montés à l’étage, a-t-elle indiqué.

La «rétention d’ambulance» n’est pas exclue, a confirmé Mme St-Jean. «Ça sera peut-être une mesure prise si en aucun cas la sécurité des gens est mis en cause», a-t-elle souligné.

«Rétention» d’ambulances

Porte-parole de la CETAM, Alexandre Gervais a fait part dans un courriel à 18h25 qu’il y avait effectivement rétention d’ambulance à l’hôpital Anna-Laberge. «Ce qui signifie que les paramédics doivent demeurer avec le patient sur la civière d’ambulance le temps que l’hôpital trouve un endroit où l’installer. L’hôpital est très achalandé au moment de vous écrire», informe-t-il. «Il risque fort probablement d’avoir un détournement des ambulances qui transportent des patients stables vers d’autres hôpitaux. À suivre.»

M. Gervais rappelle aux gens que «le 811 peut être une bonne solution pour éviter de se rendre à l’urgence».

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Phil Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Phil
Guest
Phil

Ce qui arrive quand on construit des condos comme des malades mentales.
Surpopulation et manque des services !!!
Et ça arrive en mois d’août.
Imaginez vous la situation au mois de novembre quand les virus et les grippes font son apparition !!!