Veux-tu une claque ?

Par Michel Thibault
Veux-tu une claque ?
(Photo : Pixabay)

À l’épicerie, l’autre jour, j’ai croisé un homme qui poussait un panier occupé par un petit garçon.

Possiblement qu’il s’agissait d’un père et son fils. Je n’en mettrais pas ma main au barbecue, cependant, car toutes sortes de liens peuvent exister entre un adulte et un enfant. Il pouvait s’agir de quelqu’un qui gardait le fils des voisins.

Si c’était le cas, c’était un excellent choix de nounou. L’homme, dans la vingtaine, mouvait le panier d’épicerie en imitant le bruit d’un camion avec sa bouche. Le gamin riait, riait. L’homme en rajoutait avec bonne humeur. Cette manifestation de bonheur faisait chaud au cœur. Avec une personne enjouée, c’est sûr que l’enfant se sentait bien, en sécurité.

Bien sûr, il s’agit d’un mince fragment de vie qui ne permet pas de juger l’ensemble de l’oeuvre. Par contre, à l’épicerie, un enfant est exposé à mille tentations. Il peut vite être contrarié si un obstacle se dresse entre sa main et une boite de céréales sucrées. Une imitation de bacon reposant sur un poêlon chauffé à feu vif est toujours possible. Un enfant et un adulte qui s’amusent en faisant l’épicerie, c’est bon signe.

Et ce n’était pas le cas dans la section des aliments pour animaux. J’ai croisé-là, quelques instants plus tard, un autre homme avec un garçon qui ne devait pas avoir plus de cinq ans. L’enfant tenait un sachet de nourriture pour chats dans ses petits doigts. «On n’achète pas ça. C’est même pas notre chat !» a dit l’homme au gamin sur un ton très sec. Il lui a enlevé le sachet des mains. «Veux-tu une claque ?» il a lancé. Le bambin était figé. Il n’a pas pleuré ni rien.

L’idée de demander à l’homme si lui était preneur m’a traversé l’esprit. Mais, en vrai, j’aurais plutôt envie de lui dire ceci. Le garçon faisait un beau geste. Il se souciait d’un être vivant. Il voulait lui donner de la nourriture. Et comme le dit toujours ma charmante épouse, de la nourriture, c’est de l’amour. Alors voilà un enfant qui a une conscience de l’autre, qui veut poser un geste d’amour, et qui reçoit en retour de l’agressivité. Probablement de l’une des personnes qui compte le plus pour lui, qui l’aide à forger son identité et sa confiance en soi : son père. Je ne dis pas qu’il aurait dû acheter la nourriture. Je n’ai pas assez d’argent pour ça mais tu es très gentil de penser au chat, aurait constitué une réponse convenable.

En ce jour de la fête de l’amour, c’est ce que je vous souhaite : de prendre le temps de parler avec la bouche du cœur.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
ESPACE ChâteauguayMichel bergevin Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Michel bergevin
Guest
Michel bergevin

Le père de mon père était très sévère envers sa nombreuse progéniture. On parle des années 30-40. Mon père a été sévère avec moi l’aîné d’une assez nombreuse progéniture, mais il a évolué avec le temps. En 2020 on est dans une toute autre époque et ça prend un loser pour s’en prendre à un enfant de 5 ans. Hé, les condoms ça existe. Si en public c’est: veux-tu une taloche, en privé ça peut être quoi ? Quand j’entend que la DPJ est débordée et incapable de ne pas échapper des situations graves, je me dis que des gens… Lire la suite »

ESPACE Châteauguay
Guest

Merci de partager cet article! Il est très désolant que nous devions encore, à ce jour, parler de la problématique de violence faite aux enfants. ESPACE Châteauguay aimerait rappeler qu’au-delà des situations spectaculaires que l’on voit dans les médias, il y a la violence qui nous touche toutes et tous. Celle sur laquelle nous avons du pouvoir. Intervenir auprès de l’agresseur, dénoncer de tels gestes à la police ou même la Protection de la jeunesse, peut être confrontant et demander beaucoup de courage. Il faut penser aux répercussions que cela peut avoir de ne pas intervenir ou dénoncer. En intervenant,… Lire la suite »