Culture
Vidéo
COVID-19

VIDÉOS - Les spectacles de retour au Pavillon de l’île après un long entracte

mercredi le 12 mai 2021
Modifié à 14 h 18 min le 11 mai 2021
Par Vicky Girard
Après une longue pause en raison de la pandémie, les salles de spectacle reprennent leurs activités. C’est le cas au Pavillon de l’île à Châteauguay où l’humoriste Arnaud Soly a performé le 8 mai. Il s’agissait du quatrième spectacle à cet endroit depuis début avril, au grand bonheur du public réduit et de l’équipe de Château Scènes, diffuseur de la Ville de Châteauguay. Lavage des mains à l’entrée, port du masque de type chirurgical, bar fermé et public distancé sur les sièges: la crise sanitaire se fait sentir jusqu’à ce que les lumières s’éteignent dans la salle pour se diriger vers l’artiste sur scène. Bien que les rires fassent moins écho et qu’ils soient dissimulés, on sent la joie des gens présents. Arnaud Soly répète lui-même à plusieurs reprises à quel point il est heureux et se sent choyé de retrouver le public.
Sur une capacité de 392 places en temps normal, on peut retrouver entre 70 et 90 spectateurs. Visuellement, il n’y a aucun changement dans la salle. C’est dans le système de billetterie qu’un algorithme bloque des sièges lorsque d’autres sont réservés, explique Étienne Legault, responsable du programme de diffusion de Château Scènes. «Ça dépend des groupes. Quand j’ai des groupes de trois ou de quatre personnes, ça m’aide à faire entrer plus de monde. Quand ce sont des plus petits groupes, la jauge est réduite», précise M. Legault. Le spectacle d’Arnaud Soly était bien rempli. Ce n’est néanmoins pas le cas à chaque représentation. «Je m’attendais à ce que les gens soient vraiment contents et que les places se vendent plus rapidement pour tous les spectacles. Je crois que c’est peut-être parce que le gouvernement a tellement martelé le message que c’était dangereux une salle de spectacle. Mais la confiance revient et avec le vaccin, ça s’en vient, je ne m’inquiète pas», constate M. Legault.
«Nous, on sème du bonheur. Accueillir notre public, c’est ça notre paye. La réaction des gens nous avait manquée.» -Étienne Legault, technicien en loisirs à Châteauguay
C’est le cas de deux couples d’amis qui étaient présents. Ils n’avaient assisté à aucun spectacle depuis le début de la pandémie. Ceux-ci reconnaissent qu’ils avaient hâte de vivre ce moment. Ils se sont procuré des billets à la dernière minute, «un bel adon». «On a toujours fait attention en respectant les consignes. On s’est dit qu’avec la distanciation des places, c’est sécuritaire», fait part Marco Di Cesari, de Mercier. La capacité réduite des spectateurs a un impact positif sur le stationnement pour le stationnement, normalement rempli, blague Michel Ricard, de Saint-Rémi. «C’est moins bon pour ceux qui sont en dedans, par exemple. On sait que plus il y a de monde, plus c’est rentable», ajoute-t-il. Francine Jolin confie pour sa part que la confiance vient également du fait que tous les quatre sont vaccinés. «Avant ça, je ne serais pas venue. Je n’allais même pas au Costco avant d’avoir mon vaccin», dit-elle. Capacité réduite M. Legault ne cache pas que les spectacles ne sont pas rentables présentement. «C’est pour cela que le gouvernement nous donne des subventions additionnelles. Le Conseil des arts et des lettres du Québec a mis sur pied la mesure d’appui à la billetterie basée sur un calcul d’un pourcentage de ma salle au maximum de sa capacité duquel sont déduits les billets vendus. Ça vient éponger mon déficit», détaille-t-il. Durant la fermeture, des programmes ont aussi permis aux employés de poursuivre leur travail. Ils ont notamment présenté des spectacles virtuels. L’équipe de six hôtes et hôtesses est de retour, mais en plus d’un an, des joueurs ont été perdus, dont des étudiants qui ont entamé une carrière. Comme il y a des tâches liées aux consignes sanitaires, l'équipe a été recomposée. Défi d’organisation La logistique entourant la représentation de spectacles est un casse-tête pour les diffuseurs, entre autres. «Une salle de spectacle, ce n’est pas quelque chose qu’on branche et qu’on débranche. Il y a un an de préparation pour un spectacle. On ne pouvait pas complètement arrêter», précise M. Legault. Ce sont de nouvelles représentations qui sont à l’affiche présentement. Celles qui ont été reportées auront lieu à l’automne.
À noter que les images ont été captées à un moment du spectacle où l’humoriste autorise le public à prendre des photos et vidéos. Il s’agit de la fin de la performance, pendant laquelle Arnaud Soly joue des demandes spéciales de spectateurs à la flûte…avec son nez.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous