Manifestation roulante sur le pont Mercier en mémoire de la Crise d’Oka

Par Valérie Lessard
Manifestation roulante sur le pont Mercier en mémoire de la Crise d’Oka
Une centaine de véhicules ont ralenti le trafic au pont Mercier en mémoire des 30 ans de la Crise d'Oka. (Photo : Gracieuseté Karoniawaks Norton)

Une centaine de véhicules ont participé à une manifestation roulante à Kahnawake en matinée ce samedi 11 juillet en commémoration des 30 ans du début de la Crise d’Oka. Le cortège de voitures a ralenti la circulation sur le pont Mercier avant de se rendre à la Longhouse de Kahnawake pour y faire une déclaration. 

Le groupe de véhicules a commencé son chemin sur la route 132 vers 8:00, en direction du pont Mercier. Ils ont traversé jusqu’à LaSalle pour ensuite revenir sur leurs pas et rouler à nouveau sur le pont Mercier. Ils ont ensuite roulé sur la route 138 à Kahnawake pour se rendre jusqu’à la Longhouse de Kahnawake.

La manifestation roulante a eu lieu le 11 juillet 2020. (Photo Karoniawaks Norton)
La manifestation a ralenti le trafic au pont Mercier le saemdi 11 juillet. (Valérie Lessard)

«Aujourd’hui, nous honorons et nous nous souvenons des femmes, des hommes, des aînés et des enfants qui ont tous joué un rôle significatif pendant l’été 1990. La position prise par les Mohawks cet été-là est devenue un grand symbole pour les Premières nations à travers l’Amérique du Nord, en les inspirant à prendre position eux aussi contre l’usurpation de nos terres ancestrales», explique la Nation Kanien’keha:ka (mohawk) à Kahnwake dans une déclaration. Plusieurs des avancées faites par les Premières Nations à travers le Canada peuvent être attribuées à la Crise de 1990, car le Canada souhaite éviter à tout prix un autre conflit armé.»

Dans son discours, la Nation Kanien’keha:ka mentionne que trois décennies plus tard, bien des problèmes persistent dans les relations entre les peuples autochtones et les gouvernements du Québec et du Canada. «Le racisme systémique continue d’être la base de nos relations avec les différents paliers de gouvernement», écrit-on dans le communiqué qui a également été lu sur le territoire de Kanesatake plus tard en matinée.

Le 11 juillet 1990, des Mohawks de Kahnawake ont bloqué les routes menant au pont Honoré-Mercier dans la foulée d’une dispute territoriale à Oka. Les résidants de Châteauguay et des environs ont été forcés d’effectuer de longs détours pour aller et revenir de Montréal pendant 57 jours.

À lire aussi :

Il y a 30 ans, la crise d’Oka

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de