Actualités
Faits divers

Vandalisme sur des symboles religieux à Châteauguay

jeudi le 08 juillet 2021
Modifié à 9 h 45 min le 09 juillet 2021
Par Hélène Gingras

Des mains peintes en rouge sont apparues aux abords de l'église Saint-Joachim. (Photo : Le Soleil de Châteauguay - Michel Thibault)

Des mains peintes en rouge sont apparues à l’église Saint-Joachim, à l’école Marguerite-Bourgeois et sur la structure du pont Laberge à Châteauguay il y a quelques jours. La police a ouvert une enquête.

À l’église, les policiers ont également noté l’inscription «KKKanada KILLS» sur les portes. Sur d’autres bâtiments situés sur le site religieux, le Journal a photographié le chiffres 1500 à l’endroit d’une ancienne fenêtre placardée, puis d’autres mains rouges sur une croix et un babillard.

À l’école, c’est la statue religieuse en hommage aux paroissiens érigée devant qui s’est retrouvée avec des mains peintes en rouge.

Le Service de police de Châteauguay confirme avoir ouvert trois dossiers relativement à ces méfaits, entre le 1er et le 5 juillet. Pour le moment, la police n’a procédé à aucune arrestation.

Pour sa part, un lecteur a rapporté que la croix située à la jonction des boulevards D'Anjou et Salaberry Sud a aussi été vandalisée,

Crimes haineux ?

Tout laisse croire que ces méfaits se sont produits dans la foulée des découvertes récentes de  quelque 1500 dépouilles d’enfants autochtones qui fréquentaient autrefois des pensionnats canadiens dirigés par l’Église. Plusieurs personnes réclamaient d’ailleurs l’annulation des festivités du Canada, le 1er juillet, estimant que l’heure n’était pas aux réjouissances. 

Un citoyen qui s’est présenté à l’assemblée municipale du conseil, lundi soir, estime qu’on devrait classer ces gestes vandalisme commis à Châteauguay plutôt comme des «crimes haineux». Il reproche qu’on s’en soit pris à un bâtiment religieux patrimonial comme l’église.

Néanmoins, le Code criminel canadien établit qu’une personne qui commet du vandalisme à l’égard d’un bâtiment religieux est coupable de méfait. La sentence la plus sévère est un emprisonnement maximal de 10 ans.

«La haine n’a pas sa place dans une société civilisée», a dénoncé le citoyen dans un message envoyé du Journal.

Le Soleil de Châteauguay a contacté la Ville de Châteauguay ainsi que l'église pour obtenir leurs commentaires, mais n’a pas eu de réponse au moment de publier. Un lecteur nous a cependant fait savoir que les graffitis ont été effacés depuis aux abords de l'église. Il s'agissait de gouache vraisemblablement.

Plus de détails à venir.

À lire aussi : VIDÉO - Un convoi à Kahnawake pour commémorer les dépouilles d'enfants autochtones

Des mots ont aussi été écrits sur les portes de l'église. (Photo : Le Soleil de Châteauguay - Michel Thibault)

 

Le chiffre 1500 a été écrit à un endroit. (Photo : Le Soleil de Châteauguay - Michel Thibault)

De la gouache semble avoir été utilisée, selon un lecteur. (Photo: Le Soleil de Châteauguay - Michel Thibault)

Un lecteur a aussi rapporté que cette croix située à la jonction des boulevards D'Anjou et Salaberry Sud a été visée. (Photo gracieuseté) 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous