4 questions à Sylvain Daignault, auteur du livre Châteauguay une vie au grand air

4 questions à Sylvain Daignault, auteur du livre Châteauguay une vie au grand air

Crédit photo : Gracieuseté

(Texte de Marie-Josée Bétournay) La ville de Châteauguay, de 1860 à 1960, se dévoile à travers l’ouvrage Châteauguay une vie au grand air, signé par les auteurs et recherchistes Paul-Yvon Charlebois, Martin Michaud et Sylvain Daignault.

L’ouvrage est disponible en librairie et à la Maison Le Pailleur, à Châteauguay. Voici 4 questions à l’auteur Sylvain Daignault pour qui le livre constitue un «vrai travail collectif où la patte de chacun est présente tout au long de l’ouvrage».

Pourquoi vous intéressez-vous à la période 1860-1960 et comment la décrivez-vous ?

Cette période correspond à la transformation technologique et sociale de la société, et à la démocratisation de la photographie. Auparavant, seuls les notables et les riches bourgeois avaient les moyens de se faire tirer le portrait. Avec la démocratisation de la photographie, on commence à prendre des images de trains qui entrent en gare, de la visite qui vient de Montréal, des gens dans leur quotidien, des enfants, etc. Ces images qui traînent souvent dans de vieilles boîtes à chaussures oubliées au grenier sont d’une richesse inouïe.

Dans la préface de votre livre, vous accordez une mention au féru d’histoire locale Raymond Laberge, aujourd’hui décédé. Pourquoi?

Chaque municipalité possède son historien local. Raymond Laberge était l’un d’eux. Son amour pour sa région n’avait d’égal que sa passion pour les archives. J’ai connu Raymond alors qu’il rénovait les croix de chemin de Châteauguay. J’étais journaliste à l’époque à L’Information régionale. Nous avons eu la chance de parler et d’échanger avec lui sur l’histoire de Châteauguay. Et nous avons eu la chance d’étudier ses archives. Malheureusement, il est décédé avant la sortie du livre. Côté archives, la Société du musée du Grand Châteauguay a également été très généreuse avec nous, de même que plusieurs résidents de Châteauguay.

Châteauguay une vie au grand air n’est pas votre premier ouvrage cosigné avec Paul-Yvon Charlebois. Votre collaboration remonte à quelques années?

En fait, il s’agit du 4e ouvrage signé avec Paul-Yvon après Châteauguay et la guerre de 1812 (Broquet, 2012), L’île Sainte-Hélène avant l’Expo 67 (GID, 2015) et Beauharnois au fil de l’eau (avec Marcel Labelle, GID, 2017). Paul-Yvon et moi travaillons depuis bientôt trois ans à la rédaction d’un autre ouvrage sur un célèbre brasseur du 19e siècle. Ce livre sera également publié aux Éditions GID.

Parlez-moi de l’écriture d’un livre à trois auteurs. La démarche doit être particulière ?

Écrire à trois exige une excellente collaboration. Chacun a son rôle en fonction de ses talents. Martin (Michaud) est arrivé en cours de route avec ses connaissances et sa passion.

Lancement du livre

Quand: le samedi 14 avril

Où: la Maison Le Pailleur à Châteauguay

Heure: de 14 h à 16 h

 

 

 

 

 

 

 

1
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
jnp Recent comment authors
jnp
Invité
jnp

tout ça, c’,est du passé, avec la façon de faire actuelle de tout placarder les espaces libres de condos et autres monstruosités semblables, le cachet de Chateauguay qui faisait qu’il valait la peine de se taper le pont mercier tous les jours n’existe plus