Les dons acceptés à l’année pour soutenir les gens dans le besoin

Les dons acceptés à l’année pour soutenir les gens dans le besoin

Des bénévoles de tout âge ont participé à la guignolée du 2 décembre.

Crédit photo : Michel Thibault

Les gens ont donné généreusement des aliments, des dollars et du temps à la guignolée tenue dans plusieurs villes de la région le dimanche 2 décembre. Comme la misère ne sévit pas seulement durant les Fêtes, les dons sont bienvenus à l’année pour la combattre, précisent les organismes caritatifs.

«On aide les gens tout au long de l’année. On livre environ 200 paniers par mois. Avec le chauffage, les comptes d’électricité, l’hiver est pénible. Certains ont des mauvaises surprises comme des pertes d’emploi. Le téléphone sonne tout le temps», souligne Louis-Marie Montpetit, président de la Société Saint-Vincent-de-Paul du Grand Châteauguay, qui a organisé la guignolée du 2 décembre dans les paroisses de Châteauguay, Mercier et Léry. 400 bénévoles ont bravé une température grise et pluvieuse pour mener à bien l’opération. «On a eu des braves», a souligné M. Montpetit. «Ça a bien été. On a amassé un peu plus que l’an passé. On a eu moins de dons mais plus gros», a-t-il mentionné.

La récolte permettra de confectionner des paniers de Noël qui seront livrés à 800 ménages de la région les 15 et 16 décembre.

En tout temps, les personnes intéressées peuvent faire un don au presbytère de leur paroisse à Châteauguay et à Mercier, à l’hôtel de ville de Léry ou au local de la Société Saint-Vincent-de-Paul au 42, rue Gilmour à Châteauguay.

Coin du partage

À Beauharnois, la guignolée du 2 décembre a aussi été plus fructueuse que l’an dernier, a affirmé Christine Lavoie, directrice générale intérimaire de l’organisme. «La guignolée remplit notre garde-manger pour l’année. On est une banque alimentaire qui aide à longueur d’année», a-t-elle rappelé. L’organisme soutient environ 75 ménages chaque mois. Puisque l’aide est offerte en continu, la distribution de paniers de Noël ne se fait plus à Beauharnois et les environs depuis trois ans, a souligné Mme Lavoie.

Outre les dons en argent et alimentaires, le Coin du partage accepte aussi vêtements, meubles, jouets et autres articles utiles de seconde main. Lesquels sont vendus à bas prix à sa friperie au local 109 du 600, rue Ellice à Beauharnois.

Commenter cet article

avatar