Travaux dans l’île Saint-Bernard : à l’affût des vestiges du passé

Travaux dans l’île Saint-Bernard : à l’affût des vestiges du passé
Des travaux de maçonnerie au moulin. (Photo : Héritage Saint-Bernard)

La Ville de Châteauguay a suspendu les travaux de réfection d’éléments patrimoniaux dans l’île Saint-Bernard le 29 avril pour s’assurer de ne pas détruire ou passer à côté de trésors du passé.

À lire aussi : 5 années de fouilles étonnantes à l’île Saint-Bernard

« En raison de son haut potentiel archéologique, le tertre de l’île Saint-Bernard requiert une attention particulière avant de donner suite aux travaux. Ce lieu revêt une grande importance tant pour notre histoire que celle de la culture autochtone », fait part la municipalité dans un communiqué.

« Une inspection visuelle des excavations qui ont eu lieu jusqu’à présent sera réalisée afin de déterminer l’impact des travaux et voir si des interventions archéologiques supplémentaires sont nécessaires pour ces secteurs », précise-t-elle.

« Les fouilles réalisées par l’Université de Montréal il y a quelques années ont révélé un immense potentiel archéologique. », rappelle Luc L’Écuyer, directeur général d’Héritage Saint-Bernard.

Au cours des dernières années, l’école de fouilles du département d’archéologie de l’Université a trouvé des milliers d’artefacts dans l’île. Certains ont révélé des occupations amérindiennes sur l’île Saint-Bernard allant de 1000 ans avant notre ère jusqu’au 17e siècle.

« Il est important pour la Ville de mandater des personnes ayant les compétences professionnelles pour procéder à l’exécution satisfaisante du projet en lien avec les interventions archéologiques potentielles, en tout respect de nos ancêtres et de nos voisins de la communauté mohawk de Kahnawake. Cela s’inscrit dans le respect que nous portons à cette communauté. », mentionne le maire de Châteauguay Pierre-Paul Routhier.

« Une visite du site est d’ailleurs prévue au début du mois de mai par des techniciens en archéologie de la communauté mohawk de Kahnawake, dont l’expertise est d’une aide précieuse dans ce projet », précise le communiqué.

La Ville souligne être « en contact étroit avec le ministère de la Culture et des Communications afin d’assurer des interventions conformes en tout respect des mesures mises en place ».

Les étudiants Emma Palladino, Jaï Rebiere, Anne Pelletier-Lorange et Laurence Pouliot lors de fouilles en 2018. (Photo Marie-Josée Bétournay)

Le projet

Les travaux consisteront entre autres à refaire la maçonnerie du vieux moulin, rénover la grotte, reconstruire l’escalier qui mène au cimetière des Sœurs grises et repeindre la croix qui surplombe le site. De l’éclairage sera également ajouté. Un parcours historique composé de cinq panneaux d’information créés à l’aide d’archivistes des Sœurs Grises de Montréal et de la Société du Musée du Grand Châteauguay figure aussi dans les plans.

Le projet d’une valeur de 1,5 M $ est réalisé en partie grâce au Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation ainsi que par la participation financière des Soeurs Grises de Montréal. La Ville de Châteauguay assume près de la moitié des coûts. Gestionnaire du site, Héritage Saint-Bernard collabore au projet, ainsi que la Société du Musée du Grand Châteauguay.

À lire aussi : Des objets du passé déterrés à l’île Saint-Bernard

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires