De Beauharnois à Buffalo pour conquérir l’or

De Beauharnois à Buffalo pour conquérir l’or

Le médaillé d'or de l'équipe canadienne junior, Maxime Comtois a reçu les félicitations du capitaine des Grenadiers de Châteauguay, Blake Richardson, après avoir fait la mise au jeu précédant le match opposant l'équipe midget AAA à l'Albatros du Collège Notre-Dame.

Crédit photo : Pierre Langevin

(Texte de Denis Bourbonnais) La vaste majorité des amateurs de hockey du Québec savent que Maxime Comtois est le seul francophone à avoir décroché la médaille d’or au sein de l’équipe canadienne qui a triomphé au dernier Championnat mondial junior à Buffalo (N.Y.).

Toutefois, ils sont probablement beaucoup  moins à être au courant du lieu de résidence familial de l’attaquant qui a été sélectionné en 2e ronde, 50e au total par les Ducks d’Anaheim, au dernier repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Les jeunes amateurs réunis à l’aréna André-Richard de Beauharnois auront en souvenir une photo d’équipe des Grenadiers de Châteauguay autographiée par Maxime Comtois. (Photo: Pierre Langevin)

Ayant vu le jour à Longueuil le 8 janvier 1999, Comtois a plus tard déménagé à Sainte-Martine et c’est avec les équipes de l’association locale de hockey mineur qu’il a grandi avant de gagner la Coupe Jimmy-Ferrari avec les Grenadiers de Châteauguay midget AAA en tant que joueur de 15 ans en avril 2015. Or, depuis quelques années, l’ailier gauche des Tigres de Victoriaville habite le secteur Melocheville de la ville de Beauharnois quand il n’a pas à parcourir les arénas des formations de la Ligue Junior Majeur du Québec.

On peut voir Maxime Comtois, entouré des invités au match des Grenadiers, qui a été présenté exceptionnellement à Beauharnois. (Photo: Pierre Langevin)

C’est donc chez lui, à l’aréna André-Richard de Beauharnois, que le prospect de la LNH a fait sa première sortie «post championnat du monde», le dimanche 7 janvier en après-midi, alors que les Grenadiers de Châteauguay ont accueilli l’Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup.

 L’athlète de 6′ 2 » (188 cm) et 212 livres (96 kg) a pu rencontrer les fans, signer des autographes et procéder à la mise au jeu protocolaire lors de ce match présenté exceptionnellement à Beauharnois. «C’est tout à fait naturel de retourner à tes origines quand tu reviens d’une expérience aussi magique. Le championnat remporté avec les Grenadiers midget AAA était aussi très spécial», de signifier Maxim Comtois au «Journal Saint-François».
Les fans de hockey ont pu rencontrer le numéro 14 d’Équipe Canada Junior lors de la partie remportée en fusillade (3-2) par les Grenadiers contre la formation de Rivière-du-Loup. (Photo: Pierre Langevin)

Le médaillé d’or a défié certains pronostics en se taillant une place avec Équipe Canada Junior 2018. Pendant que les médias nationaux évoquaient la possibilité d’une équipe sans représentant francophone, Comtois s’est assuré un poste en impressionnant le personnel d’entraîneurs dirigé par Dominique Ducharme.

«Je suis arrivé au camp plus léger cette saison et j’avais confiance en mes moyens. Je ne voulais pas rater cette chance de jouer pour Équipe Canada. J’ai travaillé très fort et les entraîneurs m’ont récompensé», de relater Comtois, qui a pris un tour régulier au sein des quatre trios qui ont contribué à la victoire canadienne. Ayant affiché un dossier de 3 buts et 3 passes pour 6 points en 7 rencontres au championnat du monde, Maxime a sûrement fait sourire les recruteurs des Ducks d’Anaheim qui ont misé sur lui en juin dernier au repêchage de la LNH.

«Ce fut vraiment une victoire d’équipe. C’est notre 13e attaquant (Tyler Steenbergen) qui a marqué le but vainqueur à la toute fin. On a tous poussé dans la même direction. Le but gagnant de la finale contre la Suède, les célébrations… ce sont des moments qui vont rester inoubliables», a déclaré Maxim Comtois, les yeux encore pétillants.