Claude Haineault réplique au maire Tremblay d’«arrêter de gérer à la petite semaine»

Par Michel Thibault
Claude Haineault réplique au maire Tremblay d’«arrêter de gérer à la petite semaine»
Claude Haineault mécontent des commentaires de son successeur (Photo : Michel Thibault)

L’ancien maire Claude Haineault a vivement réagi aux sévères critiques exprimées à son égard par le premier magistrat actuel de Beauharnois Bruno Tremblay.

À lire : Les finances de Beauharnois pas si roses

«Il ne sait pas de quoi il parle, qu’il commence en disant ce qu’il veut faire. Qu’il  arrête de gérer à la petite semaine», a tonné Claude Haineault, en entrevue au Soleil de Châteauguay, le 20 juin.

«Depuis leur arrivée, on entend que du négatif» – Claude Haineault

Le maire Tremblay a écorché l’administration précédente lors de l’adoption des états financiers 2017 de la Ville le 5 juin. Il a dénoncé l’obligation pour la municipalité de puiser 3,9 M$ dans son surplus pour boucler l’année 2017, des revenus de ventes de terrain surestimés, les explosions de coûts de divers projets et pointé du doigt des dépenses «discutables» à ses yeux. «Je ne veux pas être rabat-joie mais il faut arrêter de vendre du rêve et de promettre des réductions de taxes avec la gestion qui nous a été léguée», a déclaré Bruno Tremblay.

Il défend son bilan

Ces propos ont fait bondir l’ancien maire qui a pris sa retraite plutôt que de briguer un nouveau mandat en novembre dernier. «Je suis en colère ! Il remet en question ma crédibilité» s’est insurgé Claude Haineault. Il a farouchement défendu son bilan. Il a présenté une liste de plusieurs projets qui ont vu le jour grâce au plan de la Ville consistant à acheter des terrains, les doter d’infrastructures et les revendre. Il a mentionné entre autres l’achat de terrain du MTQ où se trouve aujourd’hui le centre commercial du Groupe Harden et l’acquisition de 15 millions de pieds carrés d’Hydro-Québec en 2014 pour y aménager un parc industriel. Là où le projet commercial Espace 30 s’est amorcé ce printemps et où Ikea bâtit son nouveau centre de distribution. «Le centre va desservir l’Est du Canada. C’est pas des pinottes !» s’est exclamé Claude Haineault.

Miser sur Ikea

L’ancien maire est particulièrement fier de la venue d’Ikea à Beauharnois et, selon lui, c’est un fer de lance sur lequel miser. «Un dossier comme Ikea, le maire (Tremblay) a beau dire à tout le monde que Montréal International est arrivé avec ça sur un plateau d’argent, c’est pas vrai ! On a travaillé pendant deux ans de temps. C’est parti du CLD cette idée-là, ç’a été repris par la Ville», a exposé M. Haineault. Répondant au reproche d’avoir dépassé la cible de 2017 pour la masse salariale, il a fait valoir que la Ville avait besoin d’employés supplémentaires pour répondre, entre autres, aux demandes des investisseurs. «Quand une industrie veut s’implanter, il faut travailler avec le service des travaux publics, avec le service des finances, avec le service d’urbanisme, avec tous les services de la Ville, les organismes comme la MRC, la CMM, tous les autres qui interviennent dans le dossier, ça prend quelqu’un pour piloter ça, ça prend quelqu’un pour répondre aux questions des gens comme Ikea. On a passé deux ans à répondre à leurs questions», a détaillé Claude Haineault.

Toujours optimiste

Le maire Tremblay ne doit pas s’inquiéter du fait que les ventes de terrain escomptées en 2017 et les revenus en découlant n’aient pas été au rendez-vous, soutient Claude Haineault. «Ils vont l’être l’année prochaine, a-t-il prédit. Ces terrains-là ne sont pas disparus. Sont toujours là. Quand il va les vendre, il va l’encaisser ce montant-là. C’est pour ça qu’il faut gérer sur cinq ans !»

Il a assuré que plusieurs investisseurs étaient toujours intéressés à s’établir à Beauharnois, notamment des fournisseurs d’Ikea. «Des développeurs disent : nous, notre principal client c’est Ikea, on veut s’implanter à Beauharnois», a-t-il soutenu.

L’ancien maire admet qu’il a pris des risques mais «calculés», a-t-il souligné. Il estime que le nouveau conseil pèche par excès de prudence. «On a tout ce qu’il faut. Si Beauharnois ne vend pas de terrain, personne ne va en vendre ! Qu’ils travaillent et qu’ils le fassent, ils vont le livrer. Il a une vitrine extraordinaire, on a un parc industriel extraordinaire», a martelé M. Haineault. Il a renchéri : « C’est sûr que si tu ne fais rien, si t’avances pas, les employés d’Ikea va falloir qu’ils restent en quelque part. Si on rouvre pas des terrains, si on ne fait pas de développement, si on n’amène pas des promoteurs à investir, on ne pourra pas les loger, ce monde-là va aller ailleurs et il n’y en aura pas d’autres investissements.»

Surplus et emprunt

Claude Haineault a fait part que, sous son administration, le surplus libre de la Ville est passé de 427 000 $, en 2009, à 9,6 M $ au 31 décembre 2017, plus 1,1 M $ dans le fonds de développement économique, soit 10,7 M $. Montant qui figurait dans son plan, a-t-il montré. Selon lui, il n’avait pas à rembourser les emprunts de 30 M $ pour les infrastructures au fil de la vente de terrains mais sur un horizon de cinq ans. Une formule tout à fait conforme aux lois, a-t-il dit.

M. Haineault allègue que la municipalité n’aura aucune difficulté à rembourser son emprunt de 30 M $ considérant «le surplus de 10 M $, des terrains à vendre dans le parc industriel d’une valeur de 25 M $ et un remboursement escompté de 4 M $ de la part de Gaz Métro», a-t-il observé. «Cela laisse donc des disponibilités de 40 M $ d’ici 4 ans, de quoi largement rembourser le règlement de 30 M $ du parc industriel à son échéance de renouvellement en 2023. Pour y arriver, il leur suffira de réaliser en quatre ans autant de vente de terrain, avec Ikea comme vitrine, que nous en avons réussi en deux ans et demi à partir de zéro», a-t-il considéré.

Dépenses

Concernant le bilan de l’année 2017 réalisé en vidéo, Claude Haineault a réfuté le coût de 40 000 $ dénoncé par Bruno Tremblay. «Il a dit clairement, le rapport annuel à 40 000 $ c’est un gaspillage. Il a coûté 18 200 $ le rapport annuel ! Il a comptabilisé le temps des employés qui ont passé dans la vidéo de jour pour dire que ça a coûté plus cher que ça. C’est de la boulechite» s’est-il enflammé.

Au sujet des coûts supplémentaires des rénovations de l’hôtel-de-ville, il a justifié : «On s’est aperçu qu’il fallait en faire plus. L’hôtel-de-ville c’est une bâtisse qui date de 1950».

Il ne regrette pas la décision de faire construire par les employés de la Ville le complexe aquatique et la capitainerie. Une formule qui n’est plus possible, a-t-il observé puisque l’ancienne directrice générale, que le nouveau conseil a rétrogradé et qui a ensuite démissionné, «était la seule dans la Ville à détenir une licence d’entrepreneur général», a déploré Claude Haineault.

«Qu’ils travaillent»

Claude Haineault déplore n’entendre «que du négatif» de la part du nouveau conseil. «Le nouveau conseil, qu’il arrête de chialer après tout et de tout contester et qu’il commence à dire ce qu’il veut faire avec cette ville-là, au lieu de commencer à dire je vais augmenter les taxes», opine l’ancien maire de Beauharnois. «À partir du 1er janvier 2018, c’est eux autres qui sont responsables de ça. Qu’ils prennent leur job en main, qu’ils travaillent, qu’ils la fassent la job. À eux d’assumer la responsabilité de leurs choix, poursuit-il. Cessez de jouer au politicailleux qui s’essuie les pieds sur ses prédécesseurs et se livre à des vendettas contre les cadres en place. Ce n’est pas en rabaissant les autres que vous deviendrez un sauveur en encaissant les retombées de nos investissements.»

«Nous, Claude Haineault, Gaétan Dagenais, Michel Quevillon, Guillaume Lévesque-Sauvé, Patrick Laniel, Jacques Daoust et Linda Toulouse, avons livré la marchandise en gérant de façon positive et responsable. Vous, en serez-vous capables ?» conclut l’ancien maire en s’adressant au maire Tremblay et aux nouveaux conseillers.

 

 

 

Partager cet article

7
Laisser un commentaire

avatar
7 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
Serge RauzonLise ChampagnePhaneuf AndréJoséeDenise Gendreau Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Michel Merleau
Guest
Michel Merleau

C’est ton attitude, ton positivisme et ta détermination qui ont permis de bâtir le nouveau Beauharnois.
Bravo! Tu es une inspiration par ton leadership.
Ce fut un plaisir et un honneur de travailler avec toi à planifier le nouveau Beauharnois.

Denis Marchand
Guest
Denis Marchand

Merci de donner l’envers de la médaille M. Haineault. Les critiques du nouveau maire me font craindre un manque de compétence de la nouvelle administration. J’espère qu’ils vont se ressaisir car c’est toujours la population qui paye les coups durs.
N’ayez aucune crainte M. Haineault la population n’est pas dupe. Merci pour avoir mis Beauharnois sur la map.

Denise Gendreau
Guest
Denise Gendreau

M. Haineault je vous donne cent et mille fois raison; je vous félicite de vous être défendu et d’avoir expliqué de long en large ce qui en était du budget et de tout le reste à venir. Merci!

Josée
Guest
Josée

Un visionnaire bravo pour le travail la ville avait besoin encore de toi …….chu ben de votre avis et comme elvis gratton disait THINK BIG ESTiiiiii …
Une ville en exploitation majeur doit être diriger par un visionnaire avec convictions

Phaneuf André
Guest
Phaneuf André

Je suis content des projets fait et avenir par l’ex maire Haineault.

Lise Champagne
Guest
Lise Champagne

Je suis tout à fait d’accord avec vos commentaires. C’est plus facile d’accuser que de travailler à construire Beauharnois de l’avenir. Trop longtemps Beauharnois a été ignoré et catalogué. Nous vous manquons beaucoup. Aucun autre maire aura le bagage que vous avez.

Serge Rauzon
Guest
Serge Rauzon

Merci M. Haineault. Je suis natif de Beauharnois. J’ai demeuré ailleurs pendant plusieurs années (mais j’y revenais régulièrement). Je suis revenu demeurer à Beauharnois en 2016; je voyais que Beauharnois changeait et avançait, il y avait une dynamique positive. J’ai été déçu que vous ne demandiez pas un nouveau mandat aux dernières élections, mais je comprend, ç’a vous aurait permis de ter- miner ce que vous aviez commencé, et ce que j’aurais souhaité. Je ne crois pas que le conseil actuel soit assez visionnaire à moyen et long terme, trop conservateur, pas assez agressif; il semble y avoir un conseillé… Lire la suite »