Croire au potentiel des jeunes au-delà de la cote «R»

Croire au potentiel des jeunes au-delà de la cote «R»

Crédit photo : Pixabay

Le débat refait surface dans la sphère publique quant à la capacité des universités à attirer les étudiants et les étudiantes les plus « brillants ». Une fois de plus, les universités sont comparées sous la lunette de la cote R.

Or, il est réducteur et simpliste de réduire l’engagement et le leadership des nouvelles générations étudiantes à une cote R purement mathématique. Ce sujet préoccupe les éducateurs que nous sommes. Il interpelle aussi les jeunes, qui doivent faire des choix hâtifs pour leur avenir. Des jeunes de 14 à 16 ans qui, au secondaire, se doivent d’avoir des notes élevées et des habitudes d’études qui les mèneront à des cotes élevées.

L’âge auquel ces choix sont faits n’est pas propice à des décisions éclairées. Les parcours très rectilignes de ces jeunes, les astreignant à de longues heures d’études, n’amènent pas à développer d’autres compétences liées aux expériences de vie normales à cet âge : activités culturelles, sportives, voyages.

Certes, l’Université Laval a recours à cette cote – comme les autres – dans ses processus de sélection et d’admission.

L’Université Laval mise toutefois sur l’accessibilité aux études supérieures. Elle y croit avec conviction. Au lieu d’écarter trop rapidement des candidates et candidats dits « plus faibles », elle fait le pari de croire en leur potentiel et de mettre à leur disposition des outils d’apprentissage novateurs et de l’aide à la réussite.

L’Université Laval s’est notamment dotée d’un environnement numérique d’apprentissage et d’un campus qui font l’envie de bien des établissements. Produit des dernières innovations pédagogiques, notre environnement d’études favorise la réussite et accompagne les personnes dans leur conquête de l’excellence et leur soif de connaissances.

Notre approche inclusive porte ses fruits. L’Université Laval revendique l’un des meilleurs taux de diplomation au pays — le meilleur parmi toutes les universités francophones.

Au-delà des taux de diplomation, notre communauté se mobilise pour former des générations étudiantes engagées et créatrices, des citoyennes et citoyens de premier plan, des scientifiques et des leaders en entrepreneuriat.

Tous les jours, nous innovons en enseignement pour donner une chance à toutes et tous d’exercer une influence marquée sur l’évolution des sociétés.

Au fil des ans, l’Université Laval a formé le plus grand nombre de premiers ministres dans l’histoire du pays et de la province. Nos diplômés en optique ont fait des découvertes qui façonnent l’industrie. Nos leaders en développement durable sont engagés à résoudre les défis complexes de nos sociétés. Nos étoiles en administration veillent à la gestion éthique et rigoureuse des plus grandes organisations du Québec et du monde.

Notre faculté de médecine est plus inclusive dans son processus d’admission. Elle a formé, plusieurs fois ces dernières années, le plus grand nombre de médecins pratiquant en région rurale à l’échelle du Canada. Elle a donné une chance à de futurs médecins autochtones de faire la différence dans leurs communautés. De s’engager dans les collectivités. De sauver des vies, tous les jours.

Nous sommes fiers des succès de nos diplômées et diplômés et de l’empreinte qu’ils laissent dans la société. Nous sommes fiers d’avoir cru dans le potentiel immense de ces leaders… au-delà de la cote R.

Robert Beauregard

Vice-recteur exécutif, aux études et aux affaires étudiantes

Université Laval

Commenter cet article

avatar