Culture

Un danseur de Saint-Constant émeut les juges à Révolution

jeudi le 23 septembre 2021
Modifié à 14 h 32 min le 24 septembre 2021
Par Audrey Leduc-Brodeur

Raphaël Tousignant a offert une prestation de style libre sur une chanson de Mika. (Photo Gracieuseté - OSA Images)

Raphaël Tousignant ne passera pas à la prochaine ronde de l’émission Révolution. Toutefois, sa performance colorée et authentique diffusée le 19 septembre à TVA a marqué le public et les juges au point de leur tirer des larmes.

À lire aussi: Un jeune danseur de Saint-Constant en vedette à Salut Bonjour

Le danseur de 13 ans, qui en avait 12 lors du tournage en juin, a offert un numéro de style libre sur une chanson de Mika, chorégraphiée par son mentor Alex Francoeur. Son moment Révolution - un arrêt sur image d’une pose particulière qui fait la signature de l’émission - a subjugué les juges.

«Le numéro a été monté autour de ce mouvement, confie-t-il. Je suis vraiment fier de la façon dont je l’ai livré. C’était l’une de mes meilleures fois.» 

Des améliorations à apporter à sa technique ont retenu les juges de lui accorder un billet pour le deuxième tour. En revanche, rarement un candidat éliminé n’a autant attiré leur sympathie, fait remarquer le Constantin admirateur de la première heure de cette téléréalité.

«Il a été lui-même. Il y a des gens qui se battent toute une vie pour être eux-mêmes», a exprimé Lydia Bouchard, bouleversée.

Sur les réseaux sociaux, l’auteur Simon Boulerice a écrit que Raphaël est son fils spirituel, tandis que le comédien Félix-Antoine Tremblay a affirmé qu’il ne s’était pas encore remis de cette performance.

«C’était au-delà de mes attentes, dit pour sa part le principal intéressé en entrevue. J’entendais les spectateurs crier mon nom quand j’ai quitté la scène, les autres participants en coulisses aussi.»

Un an de plus

Raphaël Tousignant était impatient de regarder le montage de sa prestation à la télé.

«J’ai su que j’étais accepté avant la relâche scolaire de 2020. J’avais fait une première ronde d’audition en style contemporain, puis Alex a fait parvenir une vidéo à la production où je dansais du jazz. J’ai été rappelé pour une seconde audition, car le jazz est un casting plus rare», relate le danseur polyvalent.

Son passage a été l’aboutissement d’un an de travail, entrecoupé par des pauses forcées dues à la pandémie.

«Ç’a été difficile de pratiquer. On a commencé à répéter à l’été 2020, puis on a appris que Révolution prenait une pause jusqu’en 2021», rapporte-t-il.

Cette année supplémentaire a néanmoins été salutaire, fait savoir sa mère Caroline Hébert.

«Il été admis entretemps au programme sport-études en danse à l’école secondaire Louis-Philippe-Paré à Châteauguay où il danse environ 20 heures par semaine. Il a déjà beaucoup grandi en un an», souligne-t-elle.

Rencontre fortuite

Le Constantin admet avoir éprouvé du stress avant d’entamer sa prestation. Les conseils d’Alex Francoeur, aussi originaire de Saint-Constant et finaliste en 2019, l’ont calmé.

«Il m’a expliqué comment le tournage allait se dérouler. Il m’a aidé à relaxer et à davantage visualiser mon audition devant les juges», raconte-t-il.

Les deux danseurs ont fait connaissance il y a deux ans lors d’un cours offert par l’artiste dont la réputation n’est plus à faire dans le milieu. En discutant, ils ont appris qu’ils étaient allés à la même école primaire.

«Dans la vie, je ne crois pas qu’il y ait des hasards, seulement des rendez-vous», fait remarquer Mme Hébert. C’est un bon guide pour Raphaël, hyper authentique qui s’assure à son tour de garder l’authenticité de mon fils.

Cette rencontre fortuite est arrivée à un moment crucial dans la vie du garçon. Son trouble d’anxiété le paralysait et les conseils du chorégraphe lui ont fait un grand bien, confie-t-il.  

«C’est l’une des plus belles expériences de ma vie en tant que danseur.» -Raphaël Tousignant

Convention de danse

Le danseur Alex Francoeur et Caroline Hébert, la mère de Raphaël Tousignant, organiseront conjointement la convention de danse DJAM le 27 novembre, au Centre municipal de Saint-Constant. Sept chorégraphes y offriront des cours, dont Kim Gingras. Jean-Marc Généreux y fera également un tour, précise Mme Hébert. L’inscription qui se fait en ligne coûte 150$. Les danseurs de tous les niveaux et de tous les âges sont les bienvenus.

 

 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles