Un documentaire sur Karla Homolka tourné à Châteauguay

Par Simon Deschamps
Un documentaire sur Karla Homolka tourné à Châteauguay
Karla Homolka (Photo : Archives)

(English Follows) Trois anciennes étudiantes de la maîtrise en journalisme de l’Université Carleton à Ottawa ont tourné à Châteauguay un documentaire sur Karla Homolka.

Le court-métrage Watching Karla Homolka présente le phénomène d’une page Facebook qui tracte les allées et venues de l’ancienne criminelle. Il a été produit par Jordan Steinhauer, Maureen McEwan et Maggie Parkhill.

La première du mini-documentaire Watching Karla Homolka a été présentée lors de l’ouverture du Toronto True Crime film festival à Toronto le 14 juin.

Homolka et son conjoint de l’époque Paul Bernado ont été condamnés au début des années 1990 pour les meurtres et viols de Kristen French et Leslie Mahaffy. Bernardo purge une peine d’emprisonnement à vie tandis qu’elle a été libérée en 2005 après avoir conclu une entente avec les procureurs en 1993. Elle a passé 12 ans en prison. Plus tard, il a été découvert que sa participation aux meurtres a été plus active qu’elle l’a laissé croire.

« Depuis que j’ai commencé à m’intéresser aux crimes de Karla Homolka et à la page Facebook, je me suis demandé quel était l’objectif du système judiciaire canadien. Punir ou réhabiliter? Si tu commets les crimes et que tu purges ta peine, peu importe si la peine est longue ou courte, mérites-tu d’être libre? Presque deux ans plus tard, je ne suis pas sûre d’avoir la réponse », a écrit la directrice du film Jordan Steinhauer, sur le site internet nsi-canada.ca sur lequel peut être visionné le film.

En 2016, des médias nationaux ont révélé que Karla Homolka, qui aujourd’hui se fait connaître sous d’autres noms, vivait à Châteauguay avec son nouveau conjoint et que ses enfants fréquentaient un établissement scolaire de la région.

A Karla Homolka documentary filmed in Chateauguay

Simon Deschamps Translation Dan Rosenburg

Three former Master students in journalism from Carleton University in Ottawa have filmed a documentary on Karla Homolka in Chateauguay.

The short film called Watching Karla Homolka presents the phenomenon of a Facebook page which tracks the comings and goings of the former criminal. It was produced by Jordan Steinhauer, Maureen McEwan and Maggie Parkhill.

The premiere of the mini-documentary, Watching Karla Homolka, was presented at the opening of the Toronto True Crime film festival in Toronto on June 14.

Homolka and her husband at the time, Paul Bernardo, were sentenced at the beginning of the 1990s for the murders and rapes of Kristen French and Leslie Mahaffy. As punishment, Bernardo is serving life imprisonment while Homolka was released in 2005 after having concluded an agreement with prosecutors in 1993. She spent 12 years in prison. Later, it was discovered that her participation in the murders had been more involved than she had let people believe.

“Ever since I took my initial deep dive into the crimes of Karla Homolka and the Facebook page, I’ve asked myself the same questions: What is the purpose of the Canadian justice system – to punish or rehabilitate? If you do the crime and serve the time – no matter how short it may be – do you deserve to be free? Nearly two years later, I’m not sure I have an answer,” writes film director Jordan Steinhauer on the nsi-canada website on which one can view the film.

In 2016, national medias revealed that Homolka, who today is known under other names, was living in Chateauguay with her new spouse and that her children were attending a school in the region.

Partager cet article

7
Laisser un commentaire

avatar
4 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
SoyezHonnêteAnnaNadieJoseeRita LaBattaglia Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Notifier de
Rita LaBattaglia
Guest
Rita LaBattaglia

If you ask me the Canadian Justice system is not harsh enough!! Bernardo should never see daylight again, and I hope that Homolka never ever feels free on the street, no matter where she lives. She should have been behind bars for life with her rat B of a husband. I will not watch this documentary as all it does is give the two of them more publicity!!!!

Josee
Guest
Josee

La justice est bonbons!! Mais je vois pas pourquoi il faut la suivre! Elle as purgé sa sentence ! Recommencer une autre vie, et as eu des enfants! Avez-vous pensé à sais enfants!!!! Vraiment je ne suis pas d’accord avec le fait de la suivre!!

Nadie
Guest
Nadie

Est-ce que elle-même a pensé à ses enfants..? Est-ce qu’on peut commettre des crimes aussi sordides, être aussi cruelle et ignoble (il a été révélé qu’elle était l’instigatrice des actes crapuleux commis sur les victimes, dont sa sœur…) et ensuite s’imaginer refaire sa vie comme si de rien n’était?!? Il y a de ces choses qui ne s’effacent jamais, oui elle a eu une sentence bonbon, mais une partie de cette sentence ne vient pas de la justice, elle l’aura le jour où ses enfants apprendront son histoire… Triste pour eux, mais inévitable.

Anna
Guest
Anna

Trop c’en est trop oui vivre et laisser vivre à quel prix de brimer ……..les parents et les grands parents en saine relation de sécurité ou insécurité…. a long terme ? !

SoyezHonnête
Guest
SoyezHonnête

Justement le point important. Si tu veux une autre vie vraiment alors pourquoi revenir vivre au Canada ? Oui justement on pense à ses enfants…. les enfants et les ados c’est parfois méchant donc oui ses enfants vont finir par savoir la vérité. Plusieurs sont offusqués par ceux qui suivaient la page Facebook mais combien des ces personnes offusquées voudraient l’avoir comme voisine si tu as des enfants ? Qui seraient 100% confortable de laisser son enfant seul avec elle ? ( La vrai réponse !) Quand l’histoire est aussi grosse que l’histoire de Homolka le gros bon sens pour… Lire la suite »

Anna
Guest
Anna

Oui droit à la libération mais vivre avec les conséquences…plus qu’un crime … et complice Anna

Anna
Guest
Anna

Oui à la libération mais vivre avec les conséquences …c’était plus qu’un crime c’était des horreurs sur les enfants